Certaines wilayas du pays enregistrent des taux élevés d’infection au Covid-19 par rapport à d’autres. Afin d’en déterminer les raisons ainsi que les facteurs de risque, la nécessité de mener une enquête épidémiologique dans chacune d’elles s’est imposée pour cerner la situation et pouvoir y remédier, l’objectif final étant de limiter la propagation du nouveau coronavirus.

«Le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du nouveau coronavirus a proposé au ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière de procéder à une enquête épidémiologique dans les dix wilayas qui enregistrent le plus grand nombre de cas de contamination au Covid-19», a déclaré le directeur de l’Institut national de santé publique (INSP), le Pr Lyès Rahal, qui est également membre du Comité scientifique.
Ce responsable a révélé que le nombre quotidien de décès a, certes, diminué par rapport au début de la pandémie dans le pays, s’établissant entre 6 et 8 cas de décès par jour, mais qu’en même temps, certaines wilayas, qu’il situe ensuite entre 8 et 12, «continuent d’enregistrer des taux élevés en termes de nouveaux cas de contamination au Covid-19 comparées aux autres régions du pays». C’est ce qui explique, a-t-il ajouté, «l’intérêt porté par le Comité scientifique à cet aspect, à travers le lancement d’une enquête épidémiologique sur la propagation de la pandémie dans chacune des wilayas concernées par le taux élevé de contamination».
Les enquêtes épidémiologiques toucheront plusieurs aspects, comme cela est connu dans ce genre d’enquêtes, mais elles se pencheront de façon «particulière» sur les sujets contacts des cas confirmés. «Parmi les aspects qui seront étudiés au titre de cette enquête et dans le cadre de la stratégie tracée en matière de lutte contre la pandémie dans les wilayas concernées, il s’agit de déterminer «quelles sont les personnes contacts des cas confirmés», selon le Pr Rahal, qui a tenu à souligner qu’il s’agit du «principal objectif ciblé par l’enquête dans le suivi des nouveaux cas enregistrés dans ces régions».
Le membre du Comité scientifique a annoncé «le lancement, en début de cette semaine, de ces enquêtes menées par des équipes qui procèderont à un travail minutieux sur le terrain». Il n’a pas cité quelles sont les wilayas concernées, mais il est certain qu’elles concernent en premier lieu Blida et Alger, deux wilayas citées très souvent, lors de la présentation des bilans quotidiens par le Dr Djamel Fourar, comme étant parmi les plus touchées par la pandémie, que soit en termes de nombre de décès ou de contaminations. Les autres wilayas doivent figurer dans le même groupe que Blida et Alger. Un groupe où «le confinement partiel à domicile de 17 heures jusqu’au lendemain à 7 heures» a été élargi à seize wilayas au total. Outre Alger et Blida, le groupe comprend Batna, Béjaïa, Tlemcen, Tiaret, Tizi Ouzou, Sétif, Sidi Bel Abbès, Constantine, Annaba, Médéa, Oran, Bordj Bou Arréridj, Tipasa et Aïn Defla.
Le Pr Rahal a fait savoir qu’après l’évaluation des résultats obtenus à l’issue des enquêtes, le Comité scientifique présentera les rapports sur la situation épidémiologique de chacune des wilayas au ministre de la Santé.
Evoquant les facteurs de propagation de cette pandémie au niveau de ces wilayas de manière plus importante que d’autres, il citera le «non-respect des mesures préventives, notamment la distanciation sociale, le port de bavettes devenu obligatoire depuis le 24 mai dernier, l’hygiène des mains ainsi que le respect du confinement».
Le membre du Comité scientifique est, également, revenu sur le protocole de traitement, affirmant que «l’Algérie a adopté, depuis le 2 mars dernier, en application des recommandations du Conseil scientifique, un protocole thérapeutique basé essentiellement sur l’hydroxychloroquine et l’azithromycine, en sus d’autres médicaments à l’instar d’anticoagulants, de corticoïdes et de la vitamine C». Concernant les cas graves de contamination au coronavirus, particulièrement les malades placés sous respiration artificiel, il a fait savoir que «d’autres moyens ont été utilisés, après une meilleure connaissance des caractéristiques virologiques du nouveau coronavirus, avec la formulation de recommandations destinées aux différents établissements hospitaliers assurant la prise en charge des patients atteints de Covid-19 à ce sujet».
Pour en revenir aux enquêtes épidémiologiques, il est attendu qu’elles soient ficelées pour la fin du confinement en cours jusqu’au 13 juin prochain, ce qui permettra d’avoir une visibilité sur les mesures qui devront être prises à cette échéance. Déterminer les raisons de la propagation du nouveau coronavirus et endiguer sa propagation reste la seule voie pour arriver à la levée du confinement et retourner à une vie normale, tout en gardant, bien sûr, les mesures barrières que sont le port obligatoire du masque ainsi que le respect de la distanciation physique dans les lieux publics.<