Le parti de Amara Benyounès, en l’occurrence le Mouvement populaire algérien, continue sa montée dans la wilaya d’Alger. En effet, à quelques mois des élections législatives et locales, 8 membres élus du RND et du FFS ont changé de couleur pour rejoindre collectivement le MPA.


Animant une conférence de presse, hier, au niveau de son siège, le coordinateur de la wilaya d’Alger, Abdelhakim Bettache, n’a pas manqué de présenter les huit nouvelles recrues que le MPA vient d’accueillir à bras ouverts. En effet, ces derniers ont claqué la porte de leurs partis respectifs, à savoir le RND et le FFS, pour rejoindre le MPA. A cet effet, Bettache a indiqué que « le parti a gagné une grande place dans l’échiquier politique de la wilaya ». Plus explicite sur les
8 nouveaux membres, 5 élus sont de la formation d’Ahmed Ouyahia, et 3 appartenaient au plus vieux parti de l’opposition. Avec cette nouvelle donne, le MPA se retrouve représenté à l’APW d’Alger malgré lui et se  positionne comme la troisième force politique au sein de l’APW. Ainsi, sur un total de 55 élus, le Front de libération nationale (FLN) reste leader avec 29 élus, le FFS passe à 11 élus (14-3), le RND quant à lui est passé de 12 élus à 7 élus. Pour ce qui est du MPA, celui-ci se retrouve avec 8 élus.
Ce changement a été motivé, selon les cadres du RND, par «l’immobilisme que traverse le parti, mais aussi par le climat d’instabilité et de désorganisation que traverse le parti ». Cette nouvelle donne intervient alors que le parti que dirige Ahmed Ouyahia fait face à un mouvement de contestation. Au sujet des avantages qu’offre le MPA, le coordinateur d’Alger dira que « l’ouverture démocratique, l’encouragement des jeunes, les débats, sont parmi les fondamentaux de ce parti ». Tout en rappelant que celui-ci compte plus de  1 600 élus à l’échelle nationale, Bettache a exprimé son souhait que le parti devienne la « deuxième force politique ou même la première » lors des prochaines législatives. Par ailleurs, il indiquera que « 3 P/APC vont rejoindre le parti d’Amara, à savoir la Casbah, Bab El Oued et Rouiba ».

Les commissions de candidatures installées
Depuis le mois dernier, le parti s’attelle à l’installation des différentes commissions à divers niveaux en vue des recueils de candidatures pour les prochaines échéances électorales. Le processus est donc d’ores et déjà enclenché au niveau des structures du parti. La première étape a été concrétisée la semaine dernière avec l’installation officielle de la commission nationale.
Pour celle d’Alger, elle vient tout juste d’être installée. Composée de 5 membres, cette instance, selon Bettache, a pour rôle de recueillir les candidatures qui se manifesteront pour les élections législatives prochaines. «Elle (la commission) sera en contact permanent avec la commission nationale qui étudiera et validera à son tour les choix de candidatures recueillies», indique l’interlocuteur. Cette commission est présidée par Amine Zemam qui est également responsable des activités culturelles de l’APC d’Alger-Centre. n