Villes et provinces confinées, navires de croisières maintenus au large, isolement de voyageurs… des dizaines de millions de personnes sont mises en quarantaine depuis l’apparition du nouveau coronavirus. Le plus grand nombre se trouve en Chine, où environ 50 millions de personnes sont bloquées dans les villes et villages de la province du Hubei, après un cordon sanitaire mis en place à la fin de janvier. C’est le cas pour le chef-lieu Wuhan, où le coronavirus est apparu en décembre.
Partout dans le pays, différents types de quarantaines, plus ou moins poussées, sont mises en place (chez soi ou dans un autre lieu, avec possibilité de sortir de son appartement ou non). Pékin impose depuis le 26 février une quarantaine de 14 jours aux voyageurs en provenance de pays «gravement touchés» par l’épidémie. Par ailleurs, plusieurs pays (France, Allemagne, Canada…) ont placé en quarantaine leurs ressortissants rapatriés de Wuhan. En Italie, hier, le gouvernement a pris par décret des mesures de confinement de plus de 15 millions d’habitants du Nord, valables jusqu’au 3 avril. Dans la région de Lombardie et dans quatorze provinces italiennes, vaste zone allant de Milan à Venise, les entrées et sorties sont désormais étroitement limitées. Onze communes de Lombardie et Vénétie avait déjà été placées en quarantaine le 23 février.
L’OMS salue la décision de l’Italie
Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a salué, hier, les mesures «courageuses» prises par les Italiens pour tenter d’endiguer la propagation du virus dans le pays, les qualifiant de «véritables sacrifices». «Le gouvernement et les gens d’Italie prennent des mesures audacieuses et courageuses visant à ralentir la propagation du coronavirus et à protéger leur pays et le monde. Ils font de véritables sacrifices. L’OMS est solidaire de l’Italie et est là pour continuer à vous soutenir», a-t-il indiqué. Avec 233 morts, l’Italie, qui compte 60 millions d’habitants, est à la deuxième place derrière la Chine pour le nombre de décès liés au coronavirus, et à la 3e place derrière la Chine et la Corée du Sud pour le nombre de cas positifs, près de 6.000 à ce jour.
Au Vietnam, déjà vers la mi-février, une commune de 10.000 habitants près de Hanoï, Son Loi, a été placée en quarantaine pour 25 jours après la découverte de six cas. En Corée du Nord, 3.650 personnes qui étaient en quarantaine dans les provinces de Kangwon et Chagang ont été autorisées le 5 mars à reprendre une vie normale. Une quarantaine à domicile a été imposée depuis début février à 380 étrangers résidant dans le pays, levée récemment pour 221 d’entre eux. Le pays a suspendu les liaisons aériennes et ferroviaires avec l’extérieur et interdit la venue des touristes étrangers.
Le navire de croisière «Diamond Princess» a été mis en quarantaine au large de Yokohama (Tokyo) avec 3.711 personnes à bord depuis le 5 février. Au large de San Francisco, le paquebot «Grand Princess» est confiné avec 3.533 passagers et membres d’équipage depuis quelques jours.
Par ailleurs, plusieurs pays ont pris des mesures concernant les voyageurs en provenance de Chine et de pays présentant un grand nombre de cas, tels l’Iran, la Corée du Sud ou l’Italie. Par exemple, les autorités de Hong Kong ont imposé le 8 février une quarantaine de deux semaines à tout voyageur en provenance de Chine continentale, les récalcitrants encourant six mois de prison.I. D.