napec

La perspective de la direction du Front de libération nationale (FLN) d’apporter son soutien à Azzedine Mihoubi, le candidat du Rassemblement national démocratique (RND) lors de la prochaine élection présidentielle, suscite colère et mécontentement de la base militante. Même si l’appui du parti n’est pas officiellement déclaré mais sera annoncé lors de ce weekend, selon des sources proches du FLN, il n’en demeure pas moins que les cadres et militants du parti rejettent cette perspective et n’hésitent pas à la dénoncer ouvertement. Et leur rejet n’a aucun rapport avec la personne de Mihoubi et de sa candidature mais plutôt avec la composante de l’actuelle direction du FLN. En ce sens que la base continue à remettre en cause la légitimité de l’actuelle direction et de son secrétaire général par intérim. « Nous dénions le droit à l’actuelle direction de porter son soutien à un quelconque candidat à la présidentielle », ont déclaré à Reporters plusieurs cadres du FLN au motif que « le secrétaire général par intérim est un indu occupant. Il a été placé à ce poste par une ruse de Djemiai qui est actuellement en prison pour on ne sait combien de temps ». Un ancien ministre FLN expliquera, de son côté, que « Seddiki n’est qu’un intérimaire au poste de secrétaire général du parti et le bureau politique n’a aucune légitimité puisqu’il a une composante de plus de 19 membres, ce qui constitue une violation des statuts ». Un membre du comité central (CC) partage également cette position de refus de la base, estimant que le soutien d’un candidat à la présidentielle doit être du ressort du comité central. « La décision de soutenir un candidat à la présidentielle est des plus déterminantes pour l’avenir du FLN. Il est donc inconcevable que cette décision soit prise par un bureau politique dont la composante est illégitime », explique-t-il avant de critiquer dans le même ordre d’idées « l’opportunisme du secrétaire général par intérim ». « Avant le lancement de la campagne électorale, le secrétaire général par intérim s’est dit favorable au soutien de Tebboune chez lequel il s’est même déplacé. Et maintenant, il dit vouloir soutenir Mihoubi ! », note-t-il, avant d’estimer que
« c’est vraiment anormal d’être aussi opportuniste que cela ». Toutefois, selon un responsable du cabinet de Seddiki, la direction compte tenir des assemblées générales explicatives au niveau local pour expliquer aux militants de base l’opportunité que représente le soutien du FLN à Mihoubi. Ce soutien est d’autant plus important que c’est Mihoubi lui-même qui le souhaite en conviant Seddiki à une rencontre ce samedi. C’est que Mihoubi est conscient de la machine électorale que représente le FLN et qui lui servira indubitablement le jour du vote. En effet, il est question de 50 000 bureaux de vote requérant des représentants des candidats. C’est en ce sens que Mihoubi a besoin du FLN. Mais pas seulement. Le FLN étant la formation majoritaire disposant d’un important corps électoral ayant l’habitude de voter de surcroît, rend son soutien à Mihoubi des plus déterminants. Mais, il faut attendre ce samedi pour être fixé sur la décision finale du parti. A suivre.<