Les membres de la chambre basse du Parlement devraient reprendre leurs activités, aujourd’hui, avec au menu de cette reprise la présentation, en séance plénière, du projet de loi de Finances (PLF 2021). Les débats autour de ce texte devraient être ouverts durant la même journée, lit-on dans un communiqué rendu public, hier, par l’Assemblée populaire nationale (APN).

Le débat autour du PLF 2021 se poursuivra jusqu’à mercredi soir, date de l’intervention des présidents des groupes parlementaires, ainsi que de la réponse du ministre des Finances aux préoccupations et questions des députés concernant ce texte de loi, précise le communiqué. Le texte, poursuit la source, sera soumis, le mardi 17 novembre, au vote en séance plénière.
Le projet de budget pour 2021 prévoit, faut-il le rappeler, des dépenses de fonctionnement en nette hausse par rapport à 2020, à plus de 5 314,5 milliards de dinars. Le projet de loi de finances 2021 lève le voile en revanche sur un budget d’équipement de 2 798,5 milliards de dinars pour les dépenses d‘équipement à caractère définitif. Il est prévu également au titre de l‘année 2021, un plafond d‘autorisation de programme d‘un montant de 1 882,1 milliards de dinars ; lequel budget couvre le coût des réévaluations du programme en cours et le coût des programmes neufs susceptibles d‘être inscrits au cours de l‘année 2021. Au chapitre des recettes, la moisson prévue pour cette année s’annonce bien maigre, en raison essentiellement du déclin de l’activité économique ainsi qu’au recul des revenus tirés de la commercialisation des hydrocarbures. Les recettes, produits et revenus applicables aux dépenses définitives du budget général de l‘Etat pour l‘année 2021 sont ainsi évalués à 5 328,1 milliards de dinars. Le total des recettes ordinaires prévu au titre de l’exercice 2021 s’établit à 3 408,9 milliards de dinars, alors que les recettes de la fiscalité pétrolière devraient s’établir à 1 919,2 milliards de dinars. Par ailleurs, le gouvernement anticipe une amélioration de l’état des comptes publics, prévoyant un fort repli du déficit des comptes extérieurs en 2021, à -3,60 milliards de dollars. Le déficit du compte courant devrait chuter à -2,7% du PIB l’an prochain, contre une prévision de clôture de -10,6% du PIB cette année. Les réserves de change devraient s’établir à 46,84 milliards de dollars à fin 2021, correspondant à près de 16,2 mois d’importations. Le projet de loi de finances pour 2021 est basé sur un prix du marché de 45 dollars le baril en 2021 et un prix de référence de 40 dollars le baril. Le gouvernement s’attend par ailleurs à un rebond de croissance dès 2021 avec, au tableau, une projection de 3,98% l’an prochain. Le secteur des hydrocarbures qui enchaînait d’importants mouvements baissiers ces dernières années devrait connaître une croissance positive de 7,24% en moyenne sur la période 2021-2023. n