Selon un communiqué de la Gendarmerie nationale, ses services ont arrêté sept adeptes d’Ahmadiya, un courant religieux considéré dans notre pays comme une secte et comme un courant religieux déviationniste.

Selon la même source, ces adeptes sont âgés entre 30 et 50 ans et risquent d’être poursuivis pour pratique religieuse en lieu inapproprié et diffusion de rituel susceptible de porter atteinte à l’islam. Les personnes arrêtées par la gendarmerie nationale et présentées devant le procureur de la République à Boufarik disposaient dans leurs domiciles respectifs de « matériels informatiques, de tracts et d’ouvrages glorifiant la secte Ahmadiya ». Le communiqué de la Gendarmerie nationale indique que ces personnes sont membres de l’Ahmadiya depuis 2008 et semblent constituer un groupe qui a ses propres codes et ses propres lieux de réunion et de pratique de leur croyance. Le même communiqué parle d’une « quantité considérable » de CD, d’ouvrages et de copies de communications de chefs spirituels de l’Ahmadiya, destinés sans doute à la diffusion. Les personnes arrêtées doivent répondre aussi de l’accusation de collecte illégale de dons et de détention de documents de propagande attentatoire à l’Islam et à son prophète. La dernière opération de police de grande ampleur menée par les services de la gendarmerie nationale a eu lieu il y a quelques mois dans les régions de Blida et de Boufarik où ont été découverts puis fermés des locaux à l’intérieur desquels des adeptes de l’ahmadisme, originaire du Penjab en Inde et considéré par certains comme un courant messianiste, perçu dans notre pays comme un courant apostat, se rassemblaient en secret pour s’adonner à leur culte.