L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a maintenu inchangées ses prévisions sur la demande mondiale de brut pour 2022. L’Opep attend un rebond de 4,2 millions de barils par jour (mb/j) pour que cette demande atteigne 100,8 mb/j, indique-t-elle dans son rapport mensuel. Même si elle la juge «robuste», et relève que «l’impact du variant Omicron devrait être léger et de courte durée», l’organisation ne manque pas d’évoquer, une nouvelle fois, «des incertitudes concernant de nouveaux variants ou de nouvelles restrictions de la mobilité, alors que la reprise économique mondiale est par ailleurs régulière». Entre novembre et décembre, les pays de l’Opep ont augmenté leur production de 166 000 barils par jour, pour atteindre un total de 27,882 mb/j, selon des sources secondaires (indirectes) citées dans le rapport. L’Angola et l’Arabie saoudite ont notamment ouvert les vannes, ce qui a plus que compensé un recul en Libye.