L’Algérie célèbre aujourd’hui ses soixante ans d’indépendance à travers diverses activités sur l’ensemble du pays. La festivité la plus attendue est incontestablement le défilé militaire, prévu dans les rues et boulevards de la capitale dès ce matin. Le moment à forte charge symbolique, dans le sens où il marque l’indépendance de l’Algérie et sa libération du joug colonial, est aussi celui d’un message de reconnaissance éternelle envers nos martyrs et tous ceux qui se sont sacrifiés pour que le pays retrouve sa souveraineté.

Annoncé de manière officielle le 1er juillet par l’Armée nationale populaire (ANP), le défilé, qui perpétue les traditions militaires ancrées dans l’institution militaire, se veut manifestement différent de ceux abrités par la capitale antérieurement.
Il y a sans doute le poids de la symbolique qui fait que 60 ans d’indépendance ne peuvent pas être célébrés de manière ordinaire ou coutumière. C’est la raison pour laquelle l’institution militaire et autres entités institutionnelles tiennent à réunir les conditions d’un évènement qui marquera les esprits et qui bénéficie visiblement d’une forte médiatisation.
Il y aurait probablement derrière cette célébration en grande pompe des messages à connotation politique que le contexte de tension géopolitique dans la sphère régionale a rendus nécessaires, notamment avec la multiplication des questions de discorde avec les pays du voisinage immédiat.
En ce qui concerne le déroulement de ce défilé, les autorités publiques œuvrent depuis quelques jours à affiner les préparatifs en lien avec cet évènement, comme l’aménagement du plan de circulation routière dans la capitale qui a causé des désagréments aux automobilistes et autres usagers comme l’attestent les embouteillages monstres qui se forment au niveau des rues et artères de la ville d’Alger.
Un dispositif spécial de circulation dans la capitale a été ainsi mis en place et dont le fait majeur est la fermeture, du 1er au 6 juillet, de certains axes routiers et la déviation de la circulation automobile sur d’autres. Ce dispositif prévoit la fermeture de la rocade nord (RN 11) dans les deux sens, entre le point de jonction des rocades sud et nord (pont Cosider – Dar El-Beïda) et la station de dessalement d’El-Hamma (Belouizdad), ainsi que de tous les accès menant à ce tronçon sur 16 kilomètres. Depuis hier, 4 juillet, la wilaya d’Alger a annoncé avoir pris une série de mesures et dispositions pour permettre aux citoyens d’assister au grand défilé militaire afin de donner aussi une dimension populaire à cet évènement. «En application des instructions des hautes autorités du pays, relatives à la préparation du grand défilé militaire prévu dans la capitale, mardi matin, sur l’autoroute en face de Djamaâ El Djazaïr vers la cité Mokhtar-Zerhouni (Les Bananiers), et afin de permettre aux citoyens de suivre de près ce grand défilé militaire, le wali d’Alger informe les citoyennes et les citoyens que les services de la wilaya ont pris une série de mesures et dispositions pour veiller à leur confort et leur sécurité», a indiqué dimanche soir un communiqué des services de la wilaya d’Alger.
Il s’agit de «la mise à disposition de divers moyens de transport en commun, tels que les bus et les trains, pour transporter gratuitement les citoyens souhaitant suivre ce défilé à partir de points précis dans toutes les communes de la capitale (aller-retour) et ce, en coordination avec les circonscriptions administratives et les communes, l’Etablissement public de transport urbain et suburbain de la ville d’Alger (Etusa), la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) et la société Talaba», a précisé la même source.