Par Lyes Sakhi
Des manœuvres militaires algéro-russes sont annoncées pour l’automne prochain. Ces opérations conjointes devront avoir lieu en Algérie, indique le média russe en ligne Russia Today qu’on désigne davantage, aujourd’hui, par son acronyme RT. Elles n’ont pas été confirmées par les services d’information du MDN, mais RT précise qu’il s’agira de manœuvres prévues à Hammaguir dans l’extrême sud algérien et seront opérées sous le signe de la lutte antiterroriste. Hammaguir, qu’une génération de conscrits du service national connait bien, se situe dans la localité d’Abadla dans la région de Béchar où l’on recense régulièrement des opérations de l’armée contre le narcotrafic et la contrebande. Elle fait partie de la 3e région militaire dont l’«importance vitale» pour la sécurité du pays a été soulignée en mai 2020 par Le Général-Major Chanegriha Saïd, Chef d’Etat-Major de l’ANP. Lors de sa visite de travail, il avait souligné, rappelons-le, «le rôle efficace que jouent ses unités implantées le long de la bande frontalière du territoire de compétence, dans la sécurisation du pays contre tous les fléaux et les menaces».
Deux ans après, la déclaration du Chef d’Etat-major de l’ANP prend un sens plus lourd en raison de la dégradation des relations entre l’Algérie et le Maroc et la rupture opérée par Alger en août 2021 pour protester contre les menées «hostiles» de Rabat. La normalisation des relations entre le Maroc et Israël, deux pays qui sont également engagés dans un processus de coopération dans les domaines de la Défense et du renseignement, accroit l’hostilité dénoncée par la diplomatie algérienne et rend le périmètre frontalier qui sépare l’Algérie du Maroc, sur la ligne Béchar-Tindouf, encore plus sensible.
Selon RT, les manœuvres conjointes prévues à Hammaguir comprendront des «mouvements tactiques pour la recherche et la destruction de groupes terroristes». «80 militaires russes du district sud y prendront part. Selon le programme 2022 du même district, des manœuvres sont prévues avec les forces armées d’Algérie, d’Égypte, du Kazakhstan et du Pakistan.
Lundi, 4 avril, le président de la chambre basse du parlement algérien (APN), qui recevait l’ambassadeur de la Fédération de Russie, a évoqué l’attachement de l’Algérie à son «partenariat stratégique» avec Moscou. n