La deuxième phase du déconfinement progressif et flexible exige plus de rigueur en matière de respect des mesures de prévention, car c’est de la réussite de ce déconfinement partiel que dépend le passage au déconfinement total. C’est dans ce cadre que le Premier ministre, Abdelazid Djerad, a instruit les walis de prendre les mesures qui s’imposent au niveau de leurs wilayas face à au relâchement et certains manquements de la part d’une partie de la population par rapport à la prévention contre le nouveau coronavirus.

Le respect des mesures de prévention avec, à leur tête, le port du masque et la distanciation physique, sont «les conditions sine qua non qui peuvent mener à un déconfinement total de toutes les wilayas» comme cela s’est produit dans dix-neuf sur les 48 wilayas que compte le pays. «Le passage à un déconfinement total ne peut être réussi sans un respect rigoureux des mesures de prévention que sont le port du masque, la distanciation physique et l’ensemble des mesures d’hygiène, aussi bien par la population que dans les commerces et autres activités pour lesquels la reprise a été autorisée sous la condition de suivre les protocoles sanitaires», peut-on lire dans une note du Premier ministre.
Aussi, pour mener une «lutte efficiente contre le nouveau coronavirus», il appelle les walis à faire respecter la loi car c’est «le seul moyen qui permettra la réussite du déconfinement progressif» et donc, le passage à un déconfinement total», insiste-t-il. Il les exhorte, dans ce sens, «à faire appliquer la loi et à sanctionner les contrevenants qui ne veulent pas se soumettre aux recommandations de prévention», tout en les appeler à «veiller au renforcement des opérations de contrôle par l’ensemble des services concernés et par les services de l’ordre qui doivent fortement intervenir pour faire respecter la loi lorsqu’ils constatent le manquement au respect des règles de prévention contre le nouveau coronavirus conformément aux textes réglementaires en vigueur».

Véhicules particuliers : le port du masque annulé
L’ensemble des walis ont, également, la mission de suivre de près la situation de la pandémie de Covid-19 qui est prise en charge par les commissions locales. Quant aux walis des dix-neuf wilayas passées au déconfinement total, ils doivent faire une évaluation quotidienne de la situation sanitaire et présenter un état des lieux de la situation épidémique.
Par ailleurs, le Premier ministre a levé l’ambiguïté par rapport au port du masque à l’intérieur des véhicules particuliers en annonçant son annulation pure et simple. «Les conducteurs des véhicules particuliers et leurs passagers ne sont pas obligés de porter un masque», est-il noté. Mais aucune concession n’est faite pour les transports urbains et interurbains. Les walis sont, en effet, appelés à «veiller au respect des règles de prévention dans les transports publics, à savoir dont le port du masque et la distanciation physique ainsi que celle qui stipule qu’ils ne doivent pas dépasser 50% de leurs capacités de remplissage des voyageurs».

«La situation épidémiologique est toujours à risque»
Le Professeur Nouredine Smail, chef de service épidémiologie au Centre hospitalo-universitaire (CHU) Mustapha-Bacha (Alger) et membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus, avertit que la situation épidémiologique est toujours à risque. «Le virus n’a pas disparu. Il est toujours là. Tant que le risque est toujours présent, il faut veiller à prendre les mesures qu’on ne cesse de recommander afin de ne pas permettre la reproduction et la transmission du virus», a-t-il affirmé.
Il en veut pour preuve les chiffres annoncés, jeudi dernier, par le Comité scientifique où «il y a encore des cas en réanimation» qui ont augmenté (54 cas) et des décès (12 cas), auxquels s’ajoutent les 117 nouveaux cas confirmés, et ce, même si 135 guérisons ont été enregistrés. Le Pr Nouredine Smail relativise, toutefois, ces données faisant état d’une «situation épidémiologique qui a légèrement augmenté» et déclarant que «cette situation ne l’inquiète pas», car elle est «certainement liée à l’apparition de nouveaux cas de maladie qui ont été probablement transmis en raison du manque de vigilance de la part de certains citoyens». Et au membre du Comité scientifique d’appeler à ne pas être imprudent en matière de vigilance. «Il faut continuer à être vigilants et veiller à porter les masques, à respecter la distanciation physique et à l’hygiène des mains. Il est nécessaire de garder ces mesures les plus élémentaires afin de briser la chaine de transmission du virus», a-t-il recommandé.
Le Pr Abdelkrim Soukehal estime, lui aussi, qu’il est absolument nécessaire de continuer à garder les masques et de maintenir la distanciation entre les personnes car, explique-t-il, «la transmission du virus est aéroportée et manuportée. Si nous voulons appliquer les mesures barrières, c’est au niveau du nez et des mains».
«Pour la voie aérienne, il faut savoir que le virus se développe, la première fois, au niveau du nez où il y a des récepteurs, et c’est, d’ailleurs, au niveau du nez que l’on effectue les examens pour le dépistage du virus», a-t-il fait savoir. D’où il exhorte la population à porter «le masque en se protégeant le nez, la bouche et le menton et non sous le menton, car s’il n’est pas sur le nez et la bouche, c’est comme si la personne n’a aucune protection, aucune barrière» contre la transmission. «C’est pour cette raison que le port du masque a été rendu obligatoire. C’est une nécessité pour bloquer la transmission», a-t-il encore souligné.
Pour «la deuxième transmission qui est manuportée, les recommandations sont simples et faciles à appliquer», dit-il. Il s’agit de «se laver les mains de façon périodique avec du savon liquide, les essuyer avec un essuie-mains à usage unique et, enfin, les désinfecter avec un gel hydro-alcoolique car on ne peut désinfecter que ce qui est déjà propre», a-t-il noté.

Sétif, augmentation du nombre de cas
Il n’y a qu’à suivre, à titre d’exemple, ce qui se passe dans la wilaya de Sétif pour voir que les recommandations des épidémiologistes et autres professionnels de la santé sont toujours d’actualité. Dans cette wilaya, plusieurs marchés et commerces ont été temporairement fermés de nouveau, avant-hier jeudi, pour non-respect des mesures de prévention préventives contre la propagation du Covid-19, a affirmé le wali, Mohamed Belkateb. Lors d’une rencontre avec les cadres des directions de la santé, du transport, de la jeunesse et des sports et de la sûreté, il a déclaré que «cette décision est venue après l’évolution de la situation sanitaire dans la wilaya marquée par une augmentation du nombre des cas d’atteinte par le nouveau coronavirus et le non-respect des mesures préventives, notamment la distanciation physique et le port des maques». Les décisions prises revêtent «un double caractère, répressif et de sensibilisation», a-t-il dit, ajoutant que «la situation épidémiologique, malgré l’accroissement sensible durant les dernières semaines du nombre de cas confirmés (un total de 811 depuis le début de la pandémie), la situation est sous contrôle grâce à la mobilisation de tous les moyens nécessaires». n