Le représentant iranien à l’Opep, Hossein Kazempour-Ardébili, est décédé après avoir passé près de deux semaines dans le coma à la suite d’une hémorragie cérébrale, a annoncé samedi le ministère du Pétrole iranien. « M. Kazempour-Ardébili, qui est tombé dans le coma dans un hôpital de Téhéran il y a deux semaines à la suite d’une hémorragie cérébrale, est décédé », indique le ministère dans un communiqué publié sur son site. Selon l’agence Irna, il est mort samedi matin. Hossein Kazempour-Ardébili avait été admis à l’hôpital Laleh de Téhéran, selon des informations publiées le 4 mai par les médias iraniens. Le siège de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) est à Vienne en Autriche. Hossein Kazempour-Ardébili a joué un rôle important au début des années 1980, pendant la guerre entre l’Irak et l’Iran, pour assurer la continuité des ventes de brut de son pays alors qu’il était vice-ministre du Pétrole, chargé des affaires internationales. En 1985, il est nommé pour représenter son pays à l’Opep, avant de devenir cinq ans plus tard ambassadeur au Japon, important importateur de pétrole iranien. Il devient ensuite vice-ministre du Pétrole avant de retourner à l’Opep, jusqu’en 2008, date à laquelle il est limogé comme bien d’autres hauts fonctionnaires par le président Mahmoud Ahmadinejad. Il retrouvera son poste de représentant à l’Opep, après l’élection du président Hassan Rohani en 2012. Membre fondateur de l’Opep, l’Iran dispose des quatrièmes réserves prouvées de pétrole au monde, mais ses exportations de brut se réduisent comme peau de chagrin, conséquence du rétablissement en 2018 de sanctions économiques américaines contre la République islamique.