Par Rédaction Culturelle
Le producteur tunisien et directeur des Journées cinématographiques de Carthage, Néji Ayed, est décédé hier à l’âge de 65 ans, victime d’une crise cardiaque, rapportent différents médias électroniques.
Dès l’annonce de la triste nouvelle, de nombreux témoignages déferlent sur les réseaux sociaux en hommage au producteur tunisien. Manel Souissi, la présidente de la Fédération des cinéclubs tunisiens, a publié les condoléances officielles de la fédération au nom de la famille du cinéma tunisien, en rappelant, l’apport indéniable de Neji Ayed, pour la promotion du septième art tunisien, maghrébin et africain.
Pour sa part, Laila Aoudj, la directrice artistique des Rencontres cinématographiques de Béjaïa, souligne dans un post sur sa page qu’ «en juin il était venu nous livrer une petite partie de sa mémoire à Ciné Fabrika. En juillet, on s’était rencontré au festival de «Manarat» pour une table ronde, (…) il me dit : c’est ma dernière édition aux JCC. Il ne sera finalement pas là pour cette dernière édition… Il avait l’air trop vivant pour partir si vite. Une pensée émue à sa famille et au monde du cinéma africain qui perd un pilier».
Pour sa part, la journaliste et animatrice de l’émission culturelle de la Chaîne III, Thouraya Ayed, a commenté la nouvelle que «la vie ne tient qu’à un fil. Encore un qui tire sa révérence. Il manquera certainement à la famille du cinéma africain car il était l’un de ses défenseurs. Il était revenu aux JCC pour redresser la situation et redonner à ce festival sa couleur africaine qu’il avait perdue. C’est ce qu’il m’avait confié à Annaba au dernier Festival du film méditerranéen. Qu’il repose en paix».
Néji Ayed a été à la tête du plus grand festival cinématographique tunisien lors des éditions 2017 et 2018. Né le 13 décembre 1953 à Ksar Hellal, Néji Ayed a une maîtrise en lettres françaises. Il a été durant les années 1970, secrétaire général puis président de la Fédération tunisienne des cinéclubs (FTCC).
Dans les années 1980, il a été directeur de la Société anonyme tunisienne de production et d’expansion cinématographique (SATPEC), chargé des productions, puis de la promotion internationale. Il a notamment contribué en tant que producteur délégué ou producteur exécutif, à la production de plusieurs films tunisiens. Passé par le journalisme, il a été pendant deux années, critique cinématographique pour le journal Le Temps mais aussi responsable de la rubrique Culture pour le magazine Réalités. Depuis 1999, il a été producteur indépendant à travers sa société de production
«Rives Productions». Parmi les films qu’il a produits, l’on retrouve : «Une Odyssée» de Brahim Babaï, «War Reporter» de Mohamed Amine Boukhris, «le Royaume des Fourmis» de Chawki El Mejri, de nombreux autres longs et courts métrages. Il a également été derrière le succès du feuilleton ramadhanesque diffusé sur El Hiwar Ettounsi, «Flashback» avec Lotfi Abdelli.