Le Mkadem Brahim Berrezoug, l’un des rares doyens de la musique et danse Diwane dans le pays, est décédé dimanche, à l’âge de 89 ans, à l’hôpital “Tourabi Boudjemâa”, des suites du coronavirus, a-t-on appris auprès de ses proches à Bechar.

Ammi Brahim, comme il est appelé affectueusement par respect par tous les membres de la confrérie du Diwane à travers le pays, a consacré plus de 70 ans de sa vie à la consécration, la promotion et le développement de ce patrimoine musical et chorégraphique.

“C’est à l’âge de 13 ans, que j’ai rejoint le monde sacré et profane du Diwane, par amour à cette pratique culturelle, musicale et chorégraphique dont nous avons hérité les cérémonies religieuses et musicales de nos ancêtres”, avait-t-il déclaré à l’APS, lors d’un hommage qui lui avait été rendu par le secteur de la Culture et des Arts à l’occasion de la célébration de la journée nationale de l’artiste (08 juin) à Bechar.

Le décès du Mkadem Brahim Berrezoug (statut le plus élevé dans la confrérie des adeptes du Diwane) est “une grande perte” pour le genre Diwane, étant donné que Ammi Brahim était une référence nationale en matière de connaissance des pratiques musicales, Bradj (Chants), en plus des danses et chorégraphies du Diwane, ont indiqué des membres de groupes Diwane à Bechar.

De son vivant, il avait initié des centaines de jeunes à ces pratiques musicales et chorégraphiques propres au Diwane, ont-ils ajouté. Le défunt a pris part durant toute sa carrière au sein de la confrérie, à plusieurs manifestations culturelles et artistiques à travers le pays ainsi qu’aux festivals (national et international) de la musique Diwane à Bechar et Alger.

Le défunt sera inhumé lundi après la prière de l’Asr au cimetière de Bechar.