Le metteur en scène et comédien, Hassan Assous est décédé dans la nuit du vendredi à samedi à l’âge de 72 ans à Sidi Bel Abbès où il a eu diriger le théâtre de la ville au début du troisième millénaire, a-t-on appris auprès de ses proches. « Hassan Assous a été évacué en urgence à l’hôpital suite à un malaise cardiaque. Il y a rendu l’âme quelques heures plus tard », a affirmé à l’APS Mohamed Yahiaoui, actuel directeur du Théâtre national algérien Mahiéddine-Bachatarzi (TNA). Natif de Jijel, Hassan Assous, a entamé sa carrière dans le 4e art avec une troupe théâtrale relevant du ministère du Travail. Ancien enseignant de langue française, le défunt a fondé, au début des années 1990, la troupe nommée « alif lam », qui a produit plusieurs spectacles dont « El basma el majrouha » ( Le Sourire blessé). Au début du troisième millénaire, Hassan Assous a eu à diriger le Théâtre régional de Sidi Bel Abbès, en lui donnant une nouvelle dynamique à travers l’implication des professionnels du 4e art et universitaires dans les spectacles produits par cet établissement culturel. Il a aussi contribué à la réalisation de spectacles destinés aux personnes handicapées comme « La chambre d’amis » de Sadek El Kebir, jouée par des comédiens non-voyants. Hassan Assous a signé la mise en scène de « La poudre de l’intelligence », une adaptation de la la pièce éponyme de Kateb Yacine.