L’essayiste et critique littéraire américain George Steiner est mort lundi à l’âge de 90 ans à son domicile à Cambridge, en Angleterre, a annoncé son fils David Steiner au New York Times (voir capture écran de l’article en dessous). Né en 1929 à Paris, George Steiner a enseigné dans les prestigieuses universités américaines de Princeton, Yale et New York, ainsi qu’à Cambridge et à Genève. Son thème de prédilection était la capacité humaine à écrire et à parler, dont il a tiré une œuvre clé parue en 1967, intitulée « Parler et se taire ».

Ses réflexions épousaient un spectre allant de la religion à la musique, la peinture et l’histoire. Selon le New York Times, l’écrivain était aussi une « figure clivante » : « les admirateurs de M. Steiner trouvaient son érudition et ses arguments brillants. Les détracteurs le trouvaient verbeux, prétentieux et souvent inexact ». George Steiner « est un maître du mot et l’une des rares figures de notre temps à disposer d’un savoir universel« , avait déclaré l’ancien ministre allemand des Affaires étrangères Joschka Fischer en lui remettant le prix allemand Ludwig-Boerne de la critique et des essais littéraires en 2003.