La Moudjahida et chercheure dans le patrimoine culturel algérien, Roselyne Leïla Koreïch est décédé, samedi à Alger à l’âge de 91 ans, a indiqué le doyen de la faculté des Lettres à l’Université Alger 2, docteur Cherif Meribai. Dans une déclaration dimanche à l’APS, M. Meribai a souligné que la moudjahida et chercheure Roselyne Leïla Koreïch, aux origines françaises est née en 1930 Alger et a été inhumée samedi, à sa demande, au cimetière chrétien. Née à Belcourt, la défunte professeur de littérature populaire et des Lettres étrangères a rejoint les rangs de la Révolution et ouvert sa maison à Alger aux fidaïs qui venaient soigner leurs blessures. Elle a contribué aux côtés de Michel Barbot à sauver la bibliothèque de l’Université d’Alger incendiée par l’OAS et dont le contenu précieux a été transféré vers des dépôts sûrs. Après l’indépendance, la regrettée a continué à enseigner les Lettres étrangères au département des Lettres arabes à l’Université d’Alger, puis la littérature américaine lors des années 80. La chercheure a enrichi la bibliothèque algérienne par de valeureux ouvrages, ainsi que des recherches et des articles sur le patrimoine populaire algérien.