Par Milina Kouaci
C’était hier le jour J pour 641 187 candidats, dont 15 964 indépendants, inscrits aux épreuves du Brevet d’enseignement moyen (BEM) qui concourent pour accéder au cycle secondaire, selon les données communiquées par l’Office national des examens et concours (Onec).
C’est à partir de Bordj Bou-Arréridj que le Secrétaire général du ministère de l’Education nationale Sadek Bouazza, accompagné du wali Benmalek Mohamed, a donné le coup d’envoi aux épreuves qui s’étalent sur trois jours.
«Cet examen requiert une grande importance pour les élèves, les parents et la famille éducative, ainsi que l’ensemble de toute la société», a indiqué M. Bouazza. Cette session, poursuit-il, couronne une «année scolaire exceptionnelle et difficile en raison de la situation épidémique ayant marqué l’année pédagogique», rappelant que les dispositions exceptionnelles prises par la tutelle, pour contrecarrer l’épidémie et limiter sa propagation dans le milieu scolaire, ont été saluées par la communauté éducative. «Grâce aux mesures prises par la tutelle, nous avons gardé les écoles ouvertes contrairement à de nombreux pays qui ont été contraints de suspendre ou de fermer leurs établissements scolaires», ajoute M. Bouazza, qui fait savoir que le département de Mohamed Ouadjaout est en train «d’évaluer ces dispositions».
En effet, les élèves du cycle moyen et secondaire n’ont repris le chemin de l’école qu’en novembre dernier après une interruption de sept mois. Les élèves des trois cycles ont été soumis à un calendrier exceptionnel et à de nombreuses mesures de prévention pour limiter la propagation de coronavirus.

Des sujets diffusés sur les réseaux sociaux dès les premières heures
Les candidats qui se sont présentés hier aux différents centres d’examen ont passé les épreuves de langue arabe et de physique, le matin, et d’éducation civique puis islamique, dans l’après-midi. Le sujet de langue arabe était, selon les élèves, «à la portée de tous», tandis que celui des sciences physiques était «jugé difficile et compliqué, exigeant une grande concentration et une révision intense». Les candidats espèrent que le reste des épreuves, qui se poursuivent aujourd’hui et demain, seront à la portée de tous pour pouvoir accéder au lycée.
Il y a lieu de noter que dès l’entame des épreuves, le sujet de langue arabe était sur internet. Un acte passible de sanctions juridiques car «susceptible de porter préjudice à la sérénité des examens nationaux». D’ailleurs, des dispositions ont été prises l’année dernière pour garantir la crédibilité des examens nationaux en introduisant des clauses dans le code pénal criminalisant l’acte de fraude dans les concours et examens nationaux. Le ministère de l’Education nationale a, également, reconduit les mesures relatives au dépôt des téléphones portables et de tout moyen de communication à l’entrée des centres d’examen.
Aujourd’hui, les candidats seront examinés sur les épreuves de mathématiques et de langue anglaise, le matin, et histoire et géographie, l’après-midi. Concernant le dernier jour de l’examen, les candidats passeront les épreuves de langue française, des sciences de la nature et de la vie, le matin, et de langue tamazight dans l’après-midi.
Pour rappel, la correction des copies d’examen débutera le 22 juin et s’étalera jusqu’au 3 juillet prochain. Le compostage des copies d’examen se fera au niveau de 18 centres de collecte avant leur répartition à travers 70 centres de correction.