Ahmed Gaïd Salah n’en finit pas avec ses mises en garde contre tous ceux qui interpellent l’armée à l’approche de la grande échéance électorale prévue au printemps prochain. Le général de corps d’Armée, vice-ministre de la Défense nationale, en visite dans la 2e Région Militaire à Oran, a encore une fois répliqué aux propos d’anciens cadres de l’institution militaire à la retraite, et cette fois-ci, Gaïd Salah s’est longuement attardé dans son rappel à l’ordre.

« Je tiens, à cette occasion, à rappeler, voire attirer l’attention sur cette importante question où certains individus et parties, mus par des ambitions démesurées et animés par des intentions sournoises, ont pris l’habitude, à l’approche de l’échéance électorale présidentielle, de tenter de préjuger, sans véracité, des prises de positions de l’institution militaire vis-à-vis des élections présidentielles, et s’arrogent, même, le droit de parler en son nom par tous les moyens, notamment les médias », a déclaré le chef d’état-major de l’ANP lors d’une allocution d’orientation, diffusée via une visioconférence à l’ensemble des unités de la Région. Le vice-ministre de la Défense a, indiqué hier un communiqué du MDN, accusé ces individus de faire «prévaloir leurs intérêts personnels étriqués et leurs ambitions démesurées qui n’est, absolument, pas en rapport avec leurs véritables capacités sur plus d’un plan».
Cette sortie est, faut-il le préciser, la troisième du genre après le cinglant communiqué du MDN, le 30 décembre 2018, et la leçon infligée dans l’éditorial de la revue El Djeïch, dans son dernier numéro. Insistant sur le fait que l’Armée «n’a jamais de leçons à recevoir d’individus qui n’existent que par les cercles qui les commanditent », le vice-ministre de la Défense estimen que ces individus, perdant le sens de la mesure, «s’accordent une vocation et une dimension qui ne sont pas les leurs, et se lancent, sans aucun scrupule, dans des affabulations débridées, découlant d’un narcissisme maladif, qui les poussent jusqu’à prétendre bien connaitre le Haut Commandement de l’Armée nationale populaire, pour prévoir sa position vis-à-vis des élections présidentielles». Sans le nommer, Gaïd Salah enfonce clairement le général à la retraite Ali Ghediri qui l’a appelé « à prendre ses responsabilités » à l’occasion de la présidentielle. «Grave dérive qui dénote d’un seuil inquiétant d’inconscience que seule l’ambition aveugle peut provoquer», assène le chef d’état-major de l’ANP.
Application
de la loi
Plus virulent, le général de Corps d’armée pointant du doigt une ambition qui émane de « certaines mentalités vaincues par leur égoïsme et leur ingratitude envers la prestigieuse institution qui les a accueillis, a vu grandir et a formés à l’intérieur et à l’extérieur du pays», décrie ses cibles qui «ont exercé, tout au long de leur carrière professionnelle, dans de simples fonctions qui ne leur permettent pas de songer ou d’aspirer à avoir meilleur que cela ». Une véritable leçon de morale qui pourrait pousser les concernés à sortir de leur silence.
Ghediri n’a pas répliqué, rappelons-le, aux mises en gardes de Gaïd Salah. Ce dernier a même insinué sur un possible recours à la justice pour mettre un terme à ces appels incessants. Ce qu’il a encore répété hier depuis Oran. « A ce titre, nous soulignons que la réglementation juridique sert toujours de contrôleur et de gardien contre tout agissement ou dépassement, et elle protégera les intérêts de l’Armée nationale populaire et de l’Algérie», a-t-il dit, ajoutant que «cette réglementation juridique doit rester en vigueur et à travers laquelle notre institution se réserve le droit de faire appliquer à l’encontre de ces individus, les mesures légales appropriées» dans une allusion à l’obligation de réserve à laquelle sont astreints les anciens militaires, en vertu de la loi n°16-05 du 03 août 2016.
Ahmed Gaïd Salah ne manquera pas cependant de rappeler les missions « constitutionnelles » de l’armée qui avec son caractère professionnel et ses réalisations sur le terrain qui «parlent d’elles-mêmes». «Nous sommes intimement convaincus qu’elles suscitent un écho favorable au sein de notre peuple sur l’ensemble du pays », s’est-il défendu, ajoutant que l’ANP « saura cerner les contours de la démarche active et rationnelle avec laquelle le parcours vers davantage de réalisations au service de l’Algérie et de son avenir, sera parachevé ». Enfin, l’institution militaire, conclut Gaïd Salah à l’adresse de tous ceux qui veulent le savoir, « ne prêtera pas attention, à travers le parachèvement de son processus effectif, à ceux qui ont égaré la capacité d’établir une distinction entre ce qui est personnel et ce qui est national ».