Au-delà du constat d’une légère baisse et d‘une stabilité de contamination par la Covid-19, de plus en plus de cas graves chez les enfants sont constatés en Algérie. En effet, le professeur Djamel Eddine Nibouche, chef de service cardiologie au CHU Nafissa-Hamoud (ex-Parnet), a déclaré, jeudi dernier, à la Radio nationale que «j’ai l’impression que le profil épidémiologique de la Covid-19 a beaucoup changé en Algérie. Nous recevons beaucoup de formes sévères.» Ces derniers jours nous avons remarqué qu’il y a de plus en plus d’enfants malades, atteints de la maladie de Kawazaki, conséquence de la Covid-19». Le Pr Djamel Eddine Nibouche souligne que «le virus est beaucoup plus virulent que la première phase». En précisant que «nous avons des formes plus sévères qui sont hospitalisées en réanimation et aussi des malades avec la perte des sens du goût et de l’odorat alors que l’on ne les avait pas auparavant».
Il ajoute que ces dix derniers jours «de plus en plus d’enfants viennent avec des symptômes de la maladie de Kawazaki». Le responsable du service cardiologie met en exergue le fait qu’«aujourd’hui, l’évolution de la malade est imprévisible. Elle peut évoluer vers la guérison ou au contraire, vers des complications cardio-vasculaires». Face à ce constat, il préconise une stratégie beaucoup plus élaborée qu’avant en direction des enfants pour pouvoir recevoir et traiter ces malades dont le nombre a augmenté ces jours-ci. Le constat d’une virulence du virus chez les enfants et les jeunes est de plus en plus signalé dans plusieurs pays à travers le monde, contrairement aux idées reçues où seuls les plus de soixante ans pouvaient succomber au virus. Lors de sa récente sortie médiatique, le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que «les jeunes gens ne sont pas invincibles» face à la Covid-19 et doivent prendre «les mêmes précautions que le reste de la population pour se protéger et protéger les autres». En martelant : «nous l’avons dit et nous le redisons encore, les jeunes peuvent être contaminés, les jeunes peuvent mourir et les jeunes peuvent transmettre le virus». <