Des opérations de rapatriement d’Algériens, bloqués à l’étranger à cause de la propagation de l’épidémie du Coronavirus (Covid-19), se sont poursuivies hier avec le retour au pays d’un nouveau contingent en provenance de Paris (2 vols) et de Casablanca (1 vol).
En plus de ces dessertes aériennes, 400 autres Algériens ont été rapatriés à partir de la Tunisie par voie terrestre, selon ce qu’a indiqué vendredi un communiqué des services du Premier ministère, qui rappelle que plus de 8 000 ressortissants algériens ont été rapatriés depuis l’apparition de la pandémie du Coronavirus. Ces nouvelles opérations de rapatriement s’ajoutent à celle effectuée mercredi par un vol d’Air Algérie qui a atterri à l’Aéroport international d’Alger avec à son bord 300 ressortissants algériens qui étaient bloqués à Londres (Grande-Bretagne) depuis mars dernier suite à la suspension du trafic aérien en raison de la pandémie de la Covid-19, a indiqué le PDG de la Société de gestion des services et infrastructures aéroportuaires d’Alger (SGSIA), Tahar Allache. Arrivé à l’Aéroport international d’Alger à 18H15, ce vol entre dans le cadre des opérations de rapatriement des ressortissants algériens bloqués à l’étranger suite à la suspension du trafic aérien en raison de la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19), a précisé M. Allache. Concernant les Algériens bloqués en Turquie, aucune information n’a filtré pour le moment quant à la date de leur rapatriement alors que les concernés faisaient des mains et des pieds ces dernières semaines pour pouvoir regagner leur pays natal. Les appels pressants des concernés ont été appuyés par des députés et des sénateurs qui ont sollicité l’intervention du Premier ministre pour mettre « fin au calvaire que vivent des compatriotes bloqués dans des capitales étrangères ». Concernant le transport maritime, le Président-Directeur général de l’Entreprise national du transport maritime des voyageurs (ENTMV), Ahcene Grairia, a indiqué que les staffs maritimes sont prêts pour la reprise de l’activité si les hautes autorités du pays le décident. Selon M. Grairia, les navires ont été dotés des différents moyens de désinfection et d’hygiène, de masques, de gants, outre la formation du personnel sur les méthodes de prise en charge des voyageurs en cas de reprise. En outre, les navires ont été dotés de mini-hôpitaux et de personnel médical qualifié en la matière, dont la tâche est la surveillance de l’état de santé des voyageurs et la prise des mesures nécessaires en cas de cas avérés à la Covid-19 à bord, a-t-il ajouté. Les navires sont prêts à reprendre leur activité si les hautes autorités du pays décident de la reprise du transport maritime des voyageurs, a-t-il assuré.