Pour son avocat Maître Salah Debbouz, qui a annoncé la disparition de M. Fekhar dans une vidéo poignante, son client était détenu «dans des conditions inhumaines ». « Rien n’a été fait » pour améliorer ces conditions, a dénoncé l’avocat de M. Fekhar.
Maître Dabouz accuse ouvertement les autorités judiciaires de Ghardaïa d’avoir «programmé la mort » de l’activiste et militant des droits de l’Homme. Kamel Eddine a été mis en détention pour un « dossier vide décidé par le Procureur général de Ghardaïa, exécuté par le juge d’instruction de la première chambre sous la pression du procureur de la République et du procureur général», a précisé l’avocat dans son message vidéo.
L’avocat charge également le wali de la région pour avoir toujours cherché à «stigmatiser les militants des droits de l’Homme» et à les «condamner avant que la justice n’examine leur dossier». Il appelle ainsi « les autorités centrales et onusiennes à examiner ces dossiers et à intervenir pour éviter que d’autres personnes emprisonnées pour des motifs politiques ne connaissent le même sort. Il n’y a que le dossier qui peut nous dire si Fekhar a commis des actes graves et dans ce dossier, il n’y a rien qui motivait son incarcération». «L’interrogatoire qui a incité la justice à l’arrêter à nouveau le 31 mars existe et il n’y a rien dedans », a-t-il ajouté. M. Salah Dabouz a appelé à l’ouverture d’une enquête pour faire la lumière sur les circonstances de cette mort. L’enquête doit concerner les raisons de son incarcération et les conditions de sa prise en charge médicale à l’hôpital de Ghardaïa avant son transfert à Blida.
Dans sa réaction, Me Dabouz parle de négligence criminelle à l’hôpital de Ghardaïa et accuse ouvertement le procureur général de Ghardaïa et le wali de cette wilaya d’avoir une part de responsabilité dans la mort de Fekhar qui laisse derrière lui une femme et trois enfants. L’avocat accuse également le juge d’instruction de la 1re Chambre qui a selon lui, ordonné la détention de Fekhar avant même d’avoir examiné son dossier «en appliquant les ordres du procureur de la République ».
L’ex-ministre de la Justice Tayeb Louh a été également ciblé par les critiques de Salah Debouz. « J’accuse l’ex-ministre de la Justice Tayeb Louh et tous les responsables impliqués dans la décision accusant Kameleddine Fekhar d’être le responsable des événements de Ghardaïa», accuse-t-il.
Enfin, il dira que le combat pour le respect des droits de l’Homme se poursuivra en Algérie après la disparition de Fekhar.
Dans un entretien accordé hier, au journal électronique TSA, M. Dabouz a révélé que la famille de Fekhar souhaite enterrer Kameleddine à Bab El Oued, à Alger. n