Le président de la République Abdelmadjid Tebboune est attendu, aujourd’hui, en Italie pour une visite d’Etat de trois jours, a annoncé hier un communiqué de la Présidence de la République. Cette visite intervient suite à l’invitation adressée au chef de l’Etat par le président italien Sergio Mattarella.

Par Feriel Nourine
«A l’invitation du Président de la République d’Italie, M. Sergio Mattarella, le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune entame, à partir de demain (aujourd’hui, NDLR), une visite d’Etat de trois jours en République italienne», lit-on dans le communiqué.
«Cette visite revêt une importance particulière dans le raffermissement des liens d’amitié historiques et le renforcement des relations bilatérales dans de nombreux domaines, notamment dans le volet économique, et ce, dans le cadre d’une vision nouvelle des deux Présidents visant à insuffler une nouvelle dynamique au dialogue et à la coopération stratégique entre les deux pays voisins et amis», a ajouté la même source.
Le déplacement de Tebboune en Italie constitue la deuxième visite d’Etat effectuée par le Président algérien en l’espace d’une semaine, après celle qui l’a menée en Turquie : les 15, 16 et 17 mai courant. Elle était attendue depuis mars dernier, après un tweet de l’ambassadeur d’Algérie à Rome, Abdelkrim Touahria, annonçant la visite du Président algérien en Italie au cours de cette année. Sa date avait été annoncée le 13 mai par l’agence d’information italienne Agenzia Nova (AN), citant l’agenda du Premier ministre.
Après la capitale Rome, Abdelmadjid Tebboune se rendra à Naples, a souligné AN, précisant que cet itinéraire reproduira le modèle de la visite effectuée en Algérie par le président Sergio Mattarella, en novembre dernier, qui avait été scindée en deux étapes, à savoir Alger et Annaba.
Le chef de l’Etat se rend en Italie dans une conjoncture marquée par un renforcement notable des relations et de la coopération entre les deux pays. Celles-ci se sont consolidées suite à la visite effectuée en Algérie, le 6 novembre 2021, par Segio Mattarella, lors de laquelle Abdelmadjid Tebboune avait, notamment, assuré de la continuité de l’acheminement du gaz algérien vers l’Italie et que, surtout, «les prix de vente du gaz ne connaîtront pas d’augmentation».
Et c’est aussi le dossier du gaz qui s’est imposé devant des discussions entre les hauts responsables des deux pays lors de la récente visite effectuée en Algérie par le Premier ministre italien, Mario Draghi. A l’invitation de Abdelmadjid Tebboune, M. Draghi était venu en Algérie, en avril dernier, profiter d’une dynamique favorable aux relations algéro-italiennes et repartir chez lui, rassuré d’un renforcement des approvisionnements en gaz algérien pour son pays.
Sa visite s’est, en effet, soldée par la signature d’un accord entre Sonatrach et son partenaire ENI sur des exportations supplémentaires de 9 milliards de mètres cubes de gaz algérien vers l’Italie. Les deux groupes se sont également entendus sur le développement des co-investissements dans le domaine du renouvelable. L’urgence pour l’instant est de préserver la sécurité énergétique de l’Italie, menacée par la baisse ou l’arrêt des importations de gaz russe qui pourrait affecter durement la population et les entreprises italiennes, d’où l’intérêt apporté ces dernières semaines à l’Algérie, deuxième fournisseur de gaz de l’Italie, derrière la Russie qui assure plus de 40% de sa consommation annuelle d’environ 80 milliards de m3. La visite de Tebboune en Italie est attendue pour apporter un plus aux relations entre les deux pays comme le laisse entendre le communiqué de la Présidence. <