Annoncé depuis quelques mois, le terrain des ex-Abattoirs communaux d’El Hamri, transformé par la commune en marché de voitures d’occasion, est déjà aménagé et a été inauguré, hier, qui coïncide avec la commémoration des massacres du 8 mai 1945.

L’idée de transférer les marchés de véhicules d’occasion informels vers le site des ex-Abattoirs avait été approuvée par l’APC d’Oran et par la wilaya, et la Commission de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme (CATU) de l’APC. En effet, cela entre dans le cadre des dispositions prises par la commune, pour l’exploitation de son patrimoine communal, la création d’un marché de véhicules d’occasion sur l’assiette des ex-Abattoirs communaux. Les services de la commune avaient reçu l’aval de la wilaya. Pour offrir toutes les commodités aux marchands de véhicules, une étude, pour l’aménagement du site, avait précédé l’aménagement. Le nouveau marché, d’une capacité de 500 voitures, dispose entre autres d’une cafétéria, un restaurant, des sanitaires, des lieux de stationnement, ainsi que des locaux pour diverses commerces. Il y aura même un bureau spécial pour les cartes grises réservé aux clients du marché. Si le projet est ponctué par un succès, l’APC réussira ainsi à mettre fin à l’un des points noirs de la ville. A signaler que les marchés informels de Saint-Eugène, Bastié et Trait d’Union à Gambetta, en plus de leur statut illégal, ne génèrent aucun sou dans les caisses de l’APC, ils créent par contre une anarchie indescriptible. Pour rappel, les riverains n’ont cessé d’interpeller les services de sécurité, afin d’y mettre fin. Les policiers de leur côté procèdent de manière régulière à une opération d’éradication avant que les courtiers ne reviennent à nouveau. Est-ce le premier pas vers l’éradication des marchés informels ?
J. M.