La directrice de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou, Nabila Goumeziane, a  annoncé hier la projection en avant-première nationale du long métrage de Merzak Allouache  « Vent divin », produit en 2017,  le 14 février à la Cinémathèque de Tizi Ouzou. Cette projection, qui se déroulera en présence du cinéaste, interviendra en clôture d’un cycle de projections des œuvres du cinéaste et réalisateur, organisé du 09 au 15 février. « Ce sera l’occasion pour le public local de découvrir et ou de revoir l’œuvre du cinéaste et réalisateur », a indiqué Nabila Goumeziane à l’APS. Merzak Allouache, auteur d’une riche filmographie connue du public algérien, a produit et écrit des scénarios pour beaucoup de films dont le célèbre «Omar Guatlatou », « Madame Courage », « Alger Beyrouth. Pour mémoire », « le Repenti », « Enquête au paradis » ou « Bab el Oued City ». Vendredi prochain, les cinéphiles sont ainsi conviés à découvrir sur grand écran « Vent divin », magnifiquement filmé en noir et blanc par Mohamed Tayeb Laggoune et où Merzak Allouache explore en profondeur «cette impulsion morbide qui anime tant de jeunes dans les sociétés arabes, qui désirent non seulement mettre fin à leur vie, mais aussi à celle de la société qui les entoure », souligne-t-on dans le synopsis du film. Il est également précisé que l’histoire se déroule non loin de la ville algérienne de Timimoun, dans une maison du désert, où deux recrues salafistes attendent la livraison des explosifs dont elles ont besoin pour perpétrer un attentat-suicide dans une raffinerie de pétrole située à proximité. Dans le décor suffoquant de cette maison perdue au milieu du désert où loge Armine (Mohamed Oughlis), il est rejoint  par sa supérieure, une mystérieuse Syrienne appelée Nour (Sarah Layssac) qui a perdu toute capacité à avoir de l’empathie vis-à-vis de qui que ce soit. Dès le départ, Nour impose les règles à suivre et traite Armine comme un soldat de rang inférieur. Cependant, à mesure que passent les jours, le jeune homme développe une fascination dangereuse vis-à-vis de sa compagne, une admiration qui va se transformer en attirance et mettre l’opération en danger. Les doutes d’Amine sur le sens de la mission ne font toutefois que radicaliser davantage le comportement et les idées de Nour. « Vent divin » a été produit par Les Asphofilms (France) et Baya Films (Algérie) avec le soutien du Doha Film Institut, le film a été sélectionné dans plusieurs festivals internationaux, notamment à Toronto, Munich et  Marrakech.