La famille de la jeune athlète scolaire Mounia Beda a demandé au ministère de l’Education nationale et au ministère de la Jeunesse et des Sports d’ouvrir une enquête à propos du retrait de leur fille des Championnats du monde scolaires de cross-country qui se sont déroulés mercredi dernier à Paris.

Contacté pour de plus amples informations sur ce problème, le président de la Fédération algérienne des sports scolaire (FASS), M. Abdelhafid Izem, a déclaré qu’« il n y’a vraiment pas lieu d’en faire une affaire dans la mesure où l’athlète en question n’était dans la liste de la sélection nationale féminine qu’en qualité de réserviste ».
La jeune athlète Mounia Beda a déclaré qu’elle s’est déplacée à Alger (elle est originaire de la willaya de Batna) avec son coach, Zemmouri. Beda a donc rejoint un hôtel à Alger dans la perspective de faire partie, le lendemain, de la délégation algérienne pour le déplacement à Paris. Mais elle a appris, dans la nuit, qu’elle ne faisait pas partie de la sélection pour les Championnats du monde de cross-country scolaire abrités par la capitale française. La famille de la jeune athlète demande alors des explications claires sur ce qu’elle considère comme une « injustice ».
Contacté pour plus de précisions sur le sujet, le président de la FASS, M. Izem, a tenu à expliquer que « dans les Mondiaux scolaires de cross-country, il y a quatre courses et nous devons donc présenter quatre sélections. Il s’agit de la sélection nationale filles, la sélection nationale garçons, et deux écoles pour les courses inter-écoles filles et garçons. Pour ces deux dernières courses, il y a avait deux écoles de Bordj Bou Arréridj ».

Tout d’un malentendu
Et pour revenir au cas de la jeune Beda, le président de la Fédération explique que « dans le système du choix des sélections nationales, on choisit toujours huit athlètes lors de l’ultime stage de sélection. Il y a donc les six athlètes devant participer à la compétition et deux réservistes en cas d’impondérables», développe M. Izem avant d’ajouter que la jeune Beda, « n’était même pas la première athlète de la réserve, mais la deuxième. Et d’ailleurs, elle a été mise au courant avant le départ vers Paris qu’elle ne serait pas de la délégation. Ce qui veut dire que la jeune Beda n’a pas été remplacée par une autre  compatriote pour ces joutes », fait remarquer Izem.

« Je suis très satisfait des résultats de nos athlètes »
Revenant sur les résultats de nos athlètes dans ces Mondiaux scolaires de cross-country de Paris, le président de la Fass, Abdelhafid Izem, dit être «très satisfait des résultats avec le titre de champion du monde de cross-country de notre athlète Oussama Cherrad ; la 3e place et donc la médaille de bronze par équipe pour la sélection nationale garçons ; la 9e position de la sélection nationale filles ; la 5e place pour l’école de Bordj Bou Arreridj (garçons) et la 10e position de l’école des filles de Bordj Bou Arréridj. Ce qui fait que sur les 33 pays participants nous faisons partie des 10 meilleurs. Ce qui constitue un très bon résultat au vu du niveau très élevé des compétitions dans ces joutes mondiales scolaire du cross-country », a conclu le président de la Fédération algérienne des sports scolaire, M. Abdelhafid Izem.