Une nouvelle fois, le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a réitéré, hier à Alger, la position constante de l’Algérie pour un règlement politique de la crise libyenne, loin de toute ingérence extérieure.

Il s’exprimait à l’issue d’une audience accordée à une importante délégation libyenne représentant le commandement de l’opération «Al Bounian El Marsous», composée notamment d’officiers supérieurs et conduite par son porte-parole, le général Mohamed Al Ghasri. La visite de la délégation libyenne, qui s’inscrit dans le cadre des concertations sur les derniers développements de la situation en Libye, notamment sur les plans politique et sécuritaire, fait suite aux différentes rencontres en Algérie de responsables politiques, de parlementaires, et autres représentants libyens, à la lumière des efforts de l’Algérie sur la voie d’un dialogue interlibyen.
Selon un communiqué des Affaires étrangères, «l’entretien a porté en particulier sur les voies et moyens visant au renforcement du dialogue inclusif, dans le cadre de la dynamique de la solution politique consensuelle et de la réconciliation nationale». Pour leur part, les membres de la délégation libyenne, qui ont fait un exposé sur les opérations militaires et la libération de la ville de Syrte, ont salué «le rôle actif et constant de l’Algérie en faveur de la solution politique dans le cadre de l’accord politique libyen du 17 décembre 2015».
R. B.