Sénateurs et députés s’inquiètent de la double crise sanitaire et économique que traverse le pays. C’est dans cette optique qu’ils revendiquent un débat parlementaire en appelant au déplacement du Premier ministre Abdelaziz Djerrad tant à l’Assemblée populaire nationale (APN) qu’au Sénat pour clarifier la stratégie gouvernementale dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus ainsi que dans la prise en charge de la crise économique. C’est ainsi que le sénateur du Front de libération nationale (FLN) Abdelwahab Benzaim a estimé « plus que nécessaire » que le Premier ministre se déplace au niveau des deux chambres du Parlement pour, explique-t-il, « apporter des réponses et clarifications à de nombreuses questions qui demeurent en suspens ». Idem pour Mehdi Zentout, le président du groupe parlementaire du Mouvement de la société pour la paix (MSP) qui estime impératif « le déplacement du Premier ministre et de son gouvernement régulièrement au Parlement devant l’ampleur de la crise sanitaire et économique pour rendre compte des développements en rapport avec cette situation préoccupante ». Aux yeux du président du groupe du parti de Makri, « la présence de l’ensemble des parlementaires, n’est pas nécessaire ». « On peut se suffire de la présence de la coordination parlementaire et des députés du centre », soutient-il, précisant que « dans pareille situation, il est nécessaire qu’il y ait une coordination des efforts entre le gouvernement, les parlementaires, les partis ainsi que les organisations de la société civile pour venir à bout des problèmes qui se posent ». De son côté, le député du Front de la justice et du développement Lakhdar Benkhelaf abonde dans le même sens en exigeant du gouvernement impérativement d’apporter des réponses claires, politiquement parlant, sur ses options dans la prise en charge de la crise sanitaire et économique. Un député du Rassemblement national démocratique estime, lui, que « la période de confinement a fait que les partis politiques sont en arrêt d’activité et qu’il est préférable de mettre à profit cette période à travers un débat général en coordination avec le gouvernement pour trouver des réponses aux questions demeurant en suspens ». « Nous voulons que les choses soient clairement dites et clairement exécutées car nous sommes en présence d’une situation des plus inédites où beaucoup s’interrogent sur les conséquences fâcheuses de cette double crise sanitaire et économique ». Selon le député RND « beaucoup de citoyens nous interpellent sur l’avenir de leurs emplois mais nous sommes dans l’impossibilité de leur répondre. C’est pour cela qu’il est souhaitable que le gouvernement vienne au Parlement répondre aux préoccupations que nous adressent les citoyens ».