En plus du ministre de la Santé, deux syndicats du même secteur viennent de tirer la sonnette d’alarme. Ils annoncent de sombres perspectives pour la situation sanitaire du pays si rien n’est fait pour « contrer » le relâchement de la population en matière de respect des gestes barrières. La lutte contre la propagation de la Covid-19 passe par un changement d’attitude de la part des citoyens. Le président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), Mohamed Yousfi, s’appuie sur l’état des lieux de l’hôpital dans lequel il pratique, celui de Boufarik. Ce chef du service infectiologie donne des chiffres alarmants. Le taux d’occupation des lits de l’hôpital a augmenté de manière significative. Il y a quinze jours il était de « 30 à 40% », alors, qu’actuellement, il n’y a plus de places pour les malades atteints de la Covid-19 ! Ces derniers sont ainsi transférés vers d’autres hôpitaux de la wilaya de Blida. Une situation qui rappelle celle vécue dans la même région au tout début de la propagation de la pandémie. Mohamed Yousfi n’omet pas de préciser que d’autres wilayas sont en train de vivre la même chose.
Même son de cloche de la part de Lyes Merabet, président du Syndicat des praticiens de la santé publique (SNPSP). Plus virulent même, puisqu’il appelle à la répression « à travers des procès, des fermetures ou de mise à l’arrêt des transports » pour sanctionner les auteurs des infractions au protocole sanitaire instauré dans le pays.
Les réactions des représentants du personnel médical sont plus que justifiées. Les 103 décès et les 7 100 cas d’infections dans le corps soignant sont loin d’être négligeables. En cas d’une seconde vague de contaminations, c’est ce personnel qui sera au front et qui risque de payer le « prix fort ». Avec l’état des hôpitaux algériens, les appréhensions ne peuvent qu’être justifiées.
La découverte de plusieurs nouveaux foyers de contaminations dans différentes régions du pays viennent assombrir encore plus le tableau. L’heure est à la mobilisation, et à tous les niveaux.