Le chef de l’Etat vient de prendre une décision judicieuse avec la mise en place d’un instrument de contrôle de qualité des produits électroménagers importés. Cet outil servira à faire barrage aux produits dangereux ou énergivores.

Par Khaled Remouche
Face à l’augmentation du nombre de décès dus à l’inhalation de gaz, il est devenu plus qu’urgent de mettre fin à l’importation de produits électroménagers non conformes, qui constitue une cause, et non la seule, de l’hécatombe enregistrée chaque année. Les autres facteurs sont des problèmes d’aération des logements et des fuites de gaz dues à des installations défectueuses.
La mesure prise par le chef de l’Etat, à l’issue du Conseil des ministres de dimanche dernier, porte précisément sur la création de laboratoires de métrologie et de contrôle des produits électroménagers. «Le président de la République a instruit les ministres de l’Industrie, du Commerce et de l’Enseignement supérieur de coordonner leurs actions pour créer des laboratoires de métrologie et de contrôle des équipements électroménagers importés à l’origine de nombreux accidents ménagers dangereux et à la consommation excessive de gaz», lit-on dans le communiqué officiel rendu public à l’issue du Conseil des ministres. En dépit de la dénonciation de cette situation par des associations des consommateurs, d’experts et de professionnels de la filière depuis plus d’une dizaine d’années, il a fallu attendre 2022 pour que soit arrêtée cette mesure salutaire.
L’autre face de cette problématique est l’introduction persistante en Algérie de produits électroménagers énergivores pendant que les pouvoirs publics ne cessent d’appeler à une rationalisation de la consommation énergétique notamment de gaz. La mesure prise par le chef de l’Etat entre donc dans le sillage de la politique d’économie d’énergie du pays, un axe de la transition énergétique qui fait partie du plan d’actions du gouvernement Aïmene Bennabderrahmane.

Quid de la production nationale d’appareils de chauffage ?
Mais ce qui semble étonnant dans la mesure du chef de l’Etat, c’est l’appel à la création de laboratoires de métrologie et de contrôle de produits électroménagers importés, dont la réalisation prendra du temps, au lieu de s’appuyer sur ceux qui existent : un réseau de laboratoires publics et privés dans cette filière. Le ministère du Commerce dispose, à Sidi Abdallah, d’un laboratoire chargé du contrôle de la qualité. Il s’agit de renforcer ces laboratoires et de les adapter à cette mission. Le Centre de recherches de Sonelgaz (CDER), qui avait cette capacité et des moyens humains pour effectuer ce type de prestation, selon une source sûre, a été dissous par Sonelgaz sans qu’aucune explication soit fournie sur la disparition de ce centre. Il s’agit également de mobiliser l’expertise et les professionnels qualifiés pour contribuer à cette œuvre, dont la finalité est de sauver des vies humaines et de ne pas gaspiller l’énergie.
Autre solution, la contribution des producteurs nationaux privés et publics d’appareils de chauffage. La question est d’encourager la production locale d’appareils de chauffage de manière à ce qu’elle couvre les besoins nationaux et la réalisation d’appareils de qualité et à un taux d’intégration plus élevé. Les solutions précitées permettent de gagner du temps, d’avoir moins de décès et moins de thermies consommées en moins de temps. n