Le pilote d’un Mig-29 de l’Armée nationale populaire (ANP) a été tué dans le crash de son appareil, lors d’un vol d’entraînement dans le nord-ouest de l’Algérie, lundi 28 mars au soir, a indiqué le ministère de la Défense nationale dans un communiqué.

PAR NAZIM B.
La même source a précisé que l’accident s’est produit juste après le décollage de l’appareil de la base aérienne de Bousfer de la 2e Région militaire. «Lors d’un vol d’instruction planifié, un avion militaire de combat de type Mig-29, s’est écrasé, dans la soirée du 28 mars 2022, en raison d’une panne technique survenue directement après son décollage de la base aérienne de Bousfer, en 2e Région militaire», a expliqué le communiqué du ministère de la Défense nationale. «Bien que le commandant de bord et son co-pilote aient réussi à s’éjecter de l’appareil, le commandant Ben Mebkhout Tahar est, malheureusement, décédé en martyr à l’hôpital régional universitaire d’Oran, succombant à ses blessures», a fait savoir le ministère de la Défense nationale. «Suite à ce tragique incident, Monsieur le Général de corps d’armée Saïd Chanegriha, Chef d’état-major de l’ANP, a ordonné l’ouverture d’une enquête pour élucider les causes et les circonstances du crash», ajoute-t-on de même source. «En cette douloureuse épreuve, Monsieur le Général de corps d’armée Saïd Chanegriha, Chef d’état-major de l’ANP, présente en son nom propre et celui de l’ensemble des personnels de l’ANP ses sincères condoléances et sa profonde compassion à la famille et aux proches du chahid et prie Allah le Tout-Puissant de leur prêter force et courage, et d’accorder sa grande miséricorde au défunt commandant Ben Mebkhout Tahar», a encore indiqué le communiqué. Pour sa part, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a adressé un message de condoléances à la famille du commandant Ben Mebkhout Tahar. «L’Algérie perd aujourd’hui un de ses aigles, le martyr commandant pilote Ben Mebkhout Tahar, décédé après le crash de son avion. En cette douloureuse circonstance, je présente mes sincères condoléances à sa famille et à l’ensemble des membres de l’Armée nationale populaire», a souligné le chef de l’Etat.
Le dernier accident d’un avion similaire a lieu en février 2019 au niveau de la base militaire d’Aïn Oussara, dans la wilaya de Djelfa (centre Sud) où deux officiers membres de l’équipage de l’aéronef, le pilote et le copilote, ont trouvé la mort. Le plus meurtrier s’est produit au mois d’avril 2018, quand plus de 257 morts ont été enregistrés dans le crash d’un avion militaire près de Boufarik peu après son décollage. Aucun survivant n’a été enregistré suite à ce crash de l’Iliouchine Il-76 des Forces aériennes algériennes, 247 passagers et 10 membres de l’équipage. Le plus grave avant celui, survenu à Boufarik, remonte à février 2014. 77 personnes, des militaires et des membres de leurs familles, ont péri dans l’accident d’un Hercules C-130, appareil de transport de l’armée algérienne, qui s’était écrasé alors qu’il survolait le mont Fortas, près d’Oum El Bouaghi (500 km à l’est d’Alger). Une personne avait alors survécu. <