Trois nouveaux cas de coronavirus ont été annoncés, hier. Un à Alger, un à Skikda et un autre à Béjaïa, wilaya qui vient d’enregistrer, ainsi, son premier cas confirmé. Le bilan des personnes déclarées positives au covid-19 augmente de jour en jour et a atteint, hier donc, 63 cas et 5 décès en trois semaines. De nouvelles wilayas connaissent, à leur tour, l’arrivée de cet «invité malvenu». Elles sont, désormais, au nombre de douze.

Le ministère de la Santé a indiqué, hier, que l’Algérie a enregistré son cinquième décès. Il s’agit d’«un homme âgé de 50 ans souffrant de maladie chronique, dans la wilaya de Blida. Ce qui porte le nombre total des décès à 5 » et celui des cas confirmés à 63 cas. Le directeur de la santé de la wilaya de Blida a précisé que «l’homme décédé est le frère de la femme de 51 ans morte le 13 mars dernier. C’était le premier cas de décès à l’hôpital de Boufarik».
Cette situation est à l’origine de la convocation d’une séance de travail, hier, par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Cette séance, qui a eu lieu au siège de la présidence de la République, s’est déroulée «en présence du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, d’un nombre de ministres et de hauts responsables sécuritaires, a été consacrée à l’examen et à l’évaluation des mesures prises pour riposter efficacement à l’épidémie du coronavirus», a indiqué un communiqué de la présidence.
Un nouveau cas de coronavirus a été enregistré hier à Alger, au niveau du centre hospitalo-universitaire (CHU) Mustapha Bacha, après les deux autres cas (une femme et sa fille) confirmés avant-hier à l’hôpital de Beni Messous. Le CHU de Mustapha Bacha «vient d’enregistrer son premier cas d’infection par le nouveau coronavirus (covid-19). Le patient est actuellement en isolement et sous surveillance médicale au niveau du service de réanimation des urgences médico-chirurgicales», selon le directeur général de cet hôpital, qui a donné, suite à cela, des instructions à l’ensemble des professeurs chefs de services du CHU. Face à cette nouvelle donne, «tous les professeurs chefs de service sont tenus de prendre toutes les précautions et les mesures qui s’imposent, notamment en termes de vigilance, de discernement et de disponibilité, afin de maintenir l’activité des services et la prise en charge des malades dans les conditions les plus appropriées en cette circonstance particulièrement délicate», peut-on lire dans la note de service.
A Béjaïa, «le premier cas confirmé d’une personne atteinte a été enregistré hier. Il s’agit d’un homme de 42 ans, qui avait été en contact avec le cas de l’émigré de Seddouk, lui-même déclaré atteint du virus après son retour en France au début de ce mois. La personne contaminée est prise en charge au niveau du service des maladies infectieuses de l’hôpital Frantz Fanon à Béjaïa-ville», selon le DSP de la wilaya. Ce cas diagnostiqué positif est un avocat de Seddouk, où il a un bureau à la cité Aouchiche. Il a été en contact avec plusieurs personnes, dont des clients et des résidents de la cité.
Suspension des congés pour les personnels
de la santé
Le ministère de la Santé a annoncé, hier, la suspension des congés pour tous «les personnels médical et paramédical, y compris ceux qui travaillent dans le cadre des contrats d’insertion professionnel». La décision est étendue à l’ensemble des personnels des hôpitaux, dont les urgentistes, les laborantins et autres, et ce, pour faire face à une alerte plus importante qui pourrait survenir suite à la propagation du coronavirus qui est, désormais, classée pandémie par l’Organisation mondiale de la santé.
Dans une instruction adressée aux directeurs de la santé et de la population (DSP) des wilayas ainsi qu’aux directeurs des centres hospitalo-universitaires à travers le territoire national, le ministère de la Santé explique que la suspension des congés des personnels des hôpitaux est prise pour assurer une meilleure couverture sanitaire aux citoyens, cela d’autant que le virus corona ne cesse de se propager et de prendre de l’ampleur en Algérie, gagnant chaque jour plus de terrain.
Mais il est clair que la mobilisation de l’ensemble des personnels des hôpitaux, notamment médical et paramédical, ainsi que la prise de nombreuses mesures par les autorités du pays, ne suffisent pas à endiguer la propagation du virus sans la conjugaison des efforts des citoyens qui se traduirait par une prise de conscience et de responsabilité par rapport au danger qui guette la majorité de la population. Aussi bien les responsables en charge du secteur de la santé que les spécialistes en la matière ne cessent de mettre en garde contre une éventuelle propagation car le pays ne dispose pas des moyens pouvant y faire face. Les exemples de pays développés, comme l’Italie qui s’est mise complètement en isolement, sont assez éloquents.
L’Etat a déjà dépensé 3,7 milliards de dinars pour l’achat des moyens de prévention, caméras thermiques, masques, gants etc. Il n’en demeure pas moins que les moyens de riposte au coronavirus s’avéreraient insuffisants si l’épidémie venait à prendre des proportions plus importantes. Les différentes alertes lancées à plus de vigilance et à la mobilisation de tous en matière de prévention auxquelles tout un chacun se doit d’observer sont plus que jamais d’actualité. En termes de sensibilisation, les conseils et recommandations sont prodigués à longueur de journée à travers tous les canaux de communication possibles.
La suspension du trafic aérien de et vers différents pays européens, étendue par la suite à des pays africains et arabes dont la Tunisie, de même que la suspension du trafic maritime, sont autant de mesures prises avec l’étranger, qui sont allées crescendo, en fonction de l’évolution de la situation. Sur le plan interne, toujours dans le cadre de la prévention, des mesures ont été prises notamment à Blida et Alger, pour la fermeture, à titre conservatoire, des marchés populaires et autres grandes surfaces commerciales à forte fréquentation populaire ont été fermés. Il se pourrait même qu’il y ait confinement de la wilaya de Blida, qui se trouve être un foyer de l’épidémie. Par ailleurs, après le numéro vert 3030 pour informer les citoyens et répondre à toutes leurs interrogations sur le virus corona, une nouvelle fenêtre de communication vient d’être ouverte. Il s’agit de la mise en place d’un site gouvernemental d’information (covi19.cipalagerie.com) géré par le Centre international de presse (CIP).<

La frontière terrestre entre l’Algérie et la Tunisie fermée
L’Algérie et la Tunisie ont convenu, d’un commun accord, de la fermeture temporaire, à partir de ce mardi, de la frontière terrestre entre les deux pays, dans le cadre des dispositions prises pour lutter contre la propagation du coronavirus (covid-19), indique un communiqué des services du Premier ministre.
«En application des directives de Monsieur le Président de la République, le Premier ministre, Monsieur Abdelaziz Djerad, et de concert avec le chef du gouvernement tunisien, Monsieur Elyes Fakhfakh, ont convenu d’un commun accord de la fermeture de la frontière terrestre entre l’Algérie et la Tunisie et ce, dans le cadre des dispositions prises par les deux pays pour lutter contre la propagation du Coronavirus (COVID-19) dans nos pays respectifs», précise la même source. «Cette mesure tout à fait exceptionnelle et temporaire, qui prend effet à partir de ce jour, n’affectera nullement l’esprit d’amitié et de fraternité entre les peuples algérien et tunisien ainsi que la coopération exemplaire entre nos deux Etats», ajoute le communiqué.