Le dispositif de protection et de prévention contre la Covid-19 a été reconduit, hier, pour une durée de 10 jours à compter d’hier 5 janvier. La décision a été prise par le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane, indique un communiqué du Premier ministère.

PAR Feriel Nourine
Elle obéit aux instructions du Président de la République. Auparavant, Abdelmadjid Tebboune avait présidé une réunion du Haut-Conseil de sécurité, consacrée à l’évaluation de la situation générale dans le pays, selon un autre communiqué émanant de la Présidence de la République.
Dans le cas précis de la situation sanitaire et sa gestion, le chef de l’Etat a instruit de la reconduction de la disposition en cours depuis plusieurs mois après consultations avec le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus et l’autorité sanitaire.
Le Premier ministre a décidé des mesures à mettre en œuvre au titre du dispositif de gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie en inscrivant sa démarche «toujours dans l’objectif de préserver la santé des citoyens et à les prémunir contre tout risque de propagation du Coronavirus», explique ses services concernés, non sans mettre en évidence l’augmentation des cas de contaminations ces dernières semaines.
«La situation épidémiologique dans notre pays connaît toujours la même tendance à l’augmentation des cas de contaminations ainsi qu’une hausse constante du nombre d’hospitalisations qui révèlent l’amorce d’une quatrième vague de cette épidémie». La tendance haussière des contaminations s’est d’ailleurs maintenue avec un dernier bilan qui affichait hier 462 nouveaux cas, contre 421 la veille. Cependant, telles que reconduites, ces mesures n’apportent aucun durcissement au protocole sanitaire. Le communiqué du Premier ministère insiste surtout sur le respect du protocole sanitaire en application et sur la vaccination massive, au risque d’une quatrième vague qui se dessine par voie du nouveau variant Omicron dont la vitesse de propagation fait des ravages dans de nombreux pays de la planète, avec des taux de contamination qui explosent.
«Si la situation est encore maîtrisée, il n’en demeure pas moins que tout relâchement de la vigilance et le non-respect des gestes barrières et des différents protocoles sanitaires vont accroître le risque de cette quatrième vague, marquée par la propagation du nouveau variant Omicron qui connait une très vaste expansion dans beaucoup de pays dans le monde», fait-on remarquer à ce propos.
Et si ce type de propagation devait gagner l’Algérie, il aura «de fortes incidences sur les capacités de résilience de nos structures hospitalières et menace d’accroître le risque sanitaire sur notre population et chez les personnes les plus vulnérables, particulièrement les personnes non encore vaccinées», prévient la même source, avant de rappeler le douloureux scénario vécu l’été dernier, lors de la troisième vague de la pandémie
Partant, le Gouvernement réitère ses appels aux citoyens pour «soutenir l’effort national de lutte contre cette pandémie mondiale par la poursuite du respect des gestes barrières en particulier pour ce qui est de l’exigence du port obligatoire du masque de protection, les mesures d’hygiène et la distanciation physique, mais surtout par la vaccination qui reste le meilleur moyen de prévention pour prémunir nos concitoyens de la gravité des effets de cette pandémie», lit-on encore dans le communiqué.