Le nouveau coronavirus a connu une évolution rapide ces dernières 48 heures en Algérie, avec 91 cas confirmés (49 hommes et 42 femmes), dont 11 décès et 37 guérisons dans 17 wilayas, les plus touchées étant Blida et Alger. Ce qui exige, plus que jamais, de tout un chacun, un plus haut degré de vigilance.

Les wilayas de Tizi Ouzou et Médéa ont enregistré, hier, leur premier cas de décès chacune. A Tizi Ouzou, plus précisément à Azzefoun, il s’agit d’une femme âgée de 77 ans qui avait été admise à l’hôpital pour sa maladie chronique, le diabète. A Médéa, la personne décédée est un homme âgé de 47 ans qui souffrait, lui aussi, d’une maladie chronique, a déclaré la sous-directrice des maladies prévalantes et de l’alerte sanitaire au ministère de la Santé, Samia Hamadi, lors d’une conférence de presse consacrée aux derniers développements de la pandémie du coronavirus dans le pays. Concernant la wilaya de Blida, qui a enregistré le plus grand nombre de cas atteints (47 cas), elle a rassuré que «la situation n’exige pas le confinement total de la wilaya», précisant que l’Algérie est au stade 2 de l’épidémie.
La majorité des cas enregistrés, a-t-elle précisé, sont des personnes rentrées de l’étranger ou étaient en contact avec des citoyens rentrés de l’étranger, de France et d’Espagne notamment, relevant que les derniers cas confirmés qui ont été signalés sont des personnes atteintes de maladies chroniques, tandis que deux décès ont été enregistrés avant leur arrivée à l’hôpital. D’où son appel à toutes les personnes atteintes de maladies chroniques à faire preuve de prudence et à se laver les mains avec du savon et de l’eau, car elles sont les plus vulnérables à l’infection par ce virus, les invitant, également, à se rapprocher des hôpitaux équipés dès que possible et de ne pas se rendre dans les centres de santé près de leur résidence.
Pour sa part, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a rassuré que «l’Algérie a pris des mesures qui n’avaient pas été prise, à ce stade de la pandémie, par les pays européens qui, eux, avaient été pris de court». «La riposte sera graduelle en fonction de celle-ci. Nous allons mettre à notre profit l’expérience des autres pays dans leur gestion de cette pandémie mondiale. Les dispositions nécessaires ont été réfléchies avant même l’évolution actuelle de l’épidémie», a-t-il ajouté lors d’une émission à la télévision publique consacrée à la lutte contre covid-19. «En cas d’aggravation de l’épidémie au stade 3, nous avons prévu des plans A, B et C, en mettant en place une plate-forme d’informations pour nous y préparer», a-t-il ajouté, précisant la dotation des établissements hospitaliers en lits «qui peuvent être destinés à la réanimation si nécessaire», en plus de 5.000 respirateurs artificiels. Ceci, en plus du concours du secteur privé, a poursuivi le Pr Benbouzid, rappelant les mesures annoncées, quelques heures plus tôt, par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Le ministre a estimé que la «plus importante est celle qui consiste en la suspension de tous les moyens de transport commun, publics et privés, à l’intérieur des villes et en inter-wilayas, ainsi que le trafic ferroviaire».
Tout en rappelant que l’Etat algérien est entièrement mobilisé pour lutter contre la propagation du coronavirus, il a souligné «l’affectation d’un montant de 4,7 milliards de dinars pour l’acquisition de tous les moyens de prévention nécessaires. Un total de 250.000 bavettes sont utilisées quotidiennement et plus de 1.000 analyses sont effectuées au niveau de l’Institut Pasteur d’Alger. En outre, 100 ambulances ont été dotées de respirateurs artificiels».

L’importance de la «discipline des citoyens»
Interpellé au sujet de la disponibilité des bavettes de protection, fortement sollicitées, il a affirmé que les hôpitaux en disposent en «centaines de milliers», mais que leur usage est «rationnel» en prévision d’une éventuelle courbe ascendante de l’épidémie, faisant savoir que d’autres quantités sont également en phase d’importation. Le ministre a, par ailleurs, insisté sur l’importance pour les citoyens de «se discipliner» face à cette épidémie, en respectant les consignes édictées par les pouvoirs publics pour l’endiguer. Il a, encore une fois, hautement recommandé aux citoyens d’«éviter les rassemblements, propices à la transmission du virus».
«Il faut que la population prenne conscience de cela», a-t-il avertit, avant de convier les citoyens à méditer le «scénario européen» ainsi que la riposte de la Chine ayant permis de maîtriser la crise sanitaire mondiale ayant pris naissance sur son sol, avant d’atteindre des dizaines d’autres Etats.
Selon le Pr Benbouzid, l’Algérie dispose de «tous les moyens de prise en charge des cas compliqués nécessitant la réanimation. Elle dispose de 2500 appareils de respiration artificielle, de 2699 lits de réanimation et 2500 autres appareils anesthésiant et de respiration artificielle, outre 220 cliniques privés disposant de 3 à 4 lits de réanimation, soit un total de 6000 lits de réanimation». Il a, en outre, souligné la nécessité de ne pas faire l’amalgame entre la capacité théorique des services de réanimation repartis à travers le territoire national dans des circonstances normales, estimée à 400 lits et la possibilité d’augmenter ces capacités à 6000 lits de réanimation».
Les wilayas touchées par le coronavirus sont Blida, Alger, Tizi Ouzou, Skikda, Annaba, Bordj Bou Arreridj, Médéa, Mascara, El Oued, Souk Ahras, Adrar, Bouira, Béjaia, Boumerdès, Sétif, Tissemsilt et Oran.