La ville de Moscou a commencé samedi à vacciner les travailleurs à risque dans de nouveaux centres de vaccination ouverts à travers la ville. Soixante-dix centres de vaccin ont été ouverts dans la capitale russe, destinés dans un premier temps aux travailleurs sociaux, aux personnels médicaux et aux enseignants. « Les citoyens des principaux groupes à risque qui, en raison de leurs activités professionnelles sont en contact avec beaucoup de personnes peuvent se faire vacciner », ont indiqué les autorités. La Russie a été un des premiers pays à annoncer le développement d’un vaccin – baptisé Spoutnik V en référence au satellite soviétique – en août, avant même le début des essais cliniques à grande échelle. Le vaccin est actuellement dans la troisième et dernière phase d’essais cliniques auprès de 40.000 volontaires. Ses créateurs ont annoncé le mois dernier un taux d’efficacité de 95%, selon les résultats provisoires. Selon eux, le vaccin sera moins cher et plus facile à stocker et transporter que certains autres. Le vaccin, administré en deux doses à 21 jours d’intervalle, est à « vecteur viral », utilisant deux adénovirus humains. Il sera gratuit pour les citoyens russes et administré sur une base volontaire. Samedi, les autorités sanitaires ont indiqué que lors de cette première phase de vaccination à Moscou, le vaccin ne serait pas administré aux travailleurs de plus de 60 ans, aux personnes ayant des maladies chroniques, aux femmes enceintes ou allaitant. Ils n’ont pas indiqué quand le traitement serait accessible au grand public. Vendredi, le maire de Moscou Sergueï Sobianine a annoncé que 5.000 personnes s’étaient inscrites en cinq heures après l’ouverture de l’enregistrement en ligne. « Je veux être sûr que le coronavirus ne m’infectera pas, ainsi que mes proches », a déclaré samedi à des journalistes de l’AFP sur place Sergueï Bouslaïev, 42 ans, qui travaille dans les assurances. « Je veux pouvoir aller à la salle de sport en toute sécurité et reprendre une vie normale », a-t-il ajouté. Samedi, la Russie a enregistré 28.782 nouvelles infections en 24h, un nouveau record quotidien, portant le total à 2.431.731 cas depuis le début la pandémie, plaçant le pays à la quatrième place mondiale en nombre de cas. Malgré la hausse des cas, tout nouveau confinement national est pour l’instant exclu afin d’éviter de remettre l’économie à l’arrêt.