L’Italie a suspendu lundi à titre de précaution l’administration du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 sur l’ensemble de son territoire, emboîtant ainsi le pas à plusieurs autres pays européens après le signalement d’effets secondaires. L’agence du médicament italienne, AIFA, « a décidé à titre de précaution et de manière provisoire, dans l’attente d’une décision de l’EMA », l’Agence européenne des médicaments, d' »interdire l’utilisation du vaccin AstraZeneca sur tout le territoire national », explique l’AIFA dans un communiqué. « Cette décision a été prise en ligne avec des mesures similaires adoptées par d’autres pays européens », précise-t-elle. Depuis une semaine, plusieurs pays ont suspendu la vaccination avec AstraZeneca après de graves problèmes sanguins chez des personnes vaccinées. Mais rien n’indique un lien de cause à effet et les annonces des autorités de santé divisent les professionnels. L’Autriche avait lancé le mouvement le 8 mars en suspendant un lot de vaccins après la mort d’une infirmière qui venait de recevoir une dose d’AstraZeneca. Cette femme de 49 ans est morte à cause d’une mauvaise coagulation sanguine. Ensuite, d’autres pays, y compris l’Italie, avaient dans un premier temps suspendu des lots isolés. Plusieurs pays scandinaves – Danemark, Norvège, Islande – sont allés plus loin en interrompant l’usage de tous les vaccins AstraZeneca, suivis dimanche par les Pays-Bas et lundi par la France et l’Allemagne. « De nouveaux approfondissements sont actuellement en cours. L’AIFA, en coordination avec l’EMA et d’autres pays européens, examinera tous les événements qui ont été signalés à la suite de vaccinations », ajoute l’agence italienne des médicaments.