Le commerce entre les marchés émergents (ME) commence à se redresser depuis le mois dernier et les perspectives sont en outre soutenues par l’amélioration des enquêtes auprès des entreprises et une orientation monétaire accommodante, selon un récent rapport de l’Institute of International Finance (IIF). Les données de l’IIF indiquent que le déclin de la croissance mondiale a atteint sa fin et que l’activité économique devrait connaître un rebond significatif au cours des prochains mois. Selon le suivi de la croissance de l’organisme financier, une amélioration de 5,3% observée en août a été le premier signe de résurgence depuis le choc COVID-19 plus tôt cette année. Alors que le crédit des marchés émergents devrait bénéficier d’une croissance améliorée soutenue par des politiques monétaires faciles, les risques persistent encore, selon le rapport. «La dynamique des taux réels américains et des chiffres de l’activité des marchés émergents sera essentielle pour les perspectives des variables financières des ME», souligne le rapport, tout en identifiant la détérioration budgétaire ainsi que la croissance potentielle modérée et la productivité dans les ME restent des préoccupations importantes à long terme. «Nous ne nous attendons pas à ce que le rythme de l’expansion au cours des derniers mois se poursuive, car la poussée de la réouverture s’estompe, les dislocations du marché du travail limitent les dépenses de consommation et les entreprises réduisent leurs investissements», indique le rapport. L’épidémie de virus n’étant pas encore maîtrisée, les comportements de distanciation sociale et les restrictions en cours ralentiront l’activité, ajoute le document. L’IIF a fait savoir que les marchés émergents éprouvent des difficultés à gérer la pandémie en raison de leurs ressources publiques et de leurs capacités de soins de santé très limitées, combinées à des turbulences financières.