Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a présidé jeudi une séance de travail consacrée à la situation sanitaire dans le pays à la lumière de la hausse du nombre de cas de Covid-19 dans plusieurs wilayas, indique un communiqué de la Présidence, dont voici la traduction APS : « Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a présidé jeudi une séance de travail consacrée à la situation sanitaire dans le pays à la lumière de la hausse du nombre de cas de Covid-19 dans plusieurs wilayas. Outre le Premier ministre, ont pris part à cette séance de travail, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le ministre de l’Industrie pharmaceutique, le ministre de la Communication Porte-parole du gouvernement ainsi que le Commandant de la Gendarmerie nationale, le Directeur général de la sûreté nationale (DGSN), les walis de la République d’Alger, Oran, Biskra, Sétif et Ouargla et les membres du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus. Prenant la parole, à l’entame de la séance de travail, le président de la République s’est dit, d’abord, soulagé de l’augmentation des cas rétablis, qui se comptent désormais par centaines, avec une stabilisation du nombre de décès à moins de dix. Cependant, il a exprimé son inquiétude face au nombre croissant des cas de Covid-19, ce qui a induit une saturation des structures sanitaires dans certaines wilayas, aggravée par une mauvaise répartition des moyens entre hôpitaux, notamment en termes de nombre de lits disponibles. Une situation qui s’est répercutée sur la qualité de la prise en charge des malades. Exprimant son étonnement face à une telle situation en dépit de la disponibilité de lits, le président de la République a cité le cas de la capitale où, sur les 5700 lits que totalisent les 13 hôpitaux, 643 lits seulement sont réservés aux malades du Covid-19. Après avoir rappelé également la disponibilité de tous les équipements médicaux nécessaires à l’industrie pharmaceutique et l’augmentation notable du nombre de laboratoires et de moyens de dépistage, le Président Tebboune a affirmé que si la responsabilité des gestionnaires locaux était établie en raison de l’absence de coordination entre eux, et parfois même avec leur tutelle, il n’en demeure pas moins qu’elle est partagée avec les citoyens, qui n’observent pas les mesures de prévention, suivies de par le monde. Relevant deux tendances dans la société : une catégorie de citoyens, qui plaide pour le renforcement des mesures, voire pour un reconfinement total et une autre qui s’obstine dans la négligence des mesures préventives, le Président Tebboune a ordonné la révision de la stratégie de communication basée sur la simple énonciation des chiffres. Une stratégie, a-t-il estimé, qui doit plutôt s’appuyer à des explications plus pertinentes à travers les Radios locales et des messages plus éloquents pour sensibiliser les citoyens aux dangers du non-respect de la distanciation physique et des mesures de prévention dans les lieux de rassemblement.

Il a réitéré, dans ce sens, ses instructions de durcissement des sanctions à l’encontre des contrevenants. Par ailleurs, le Président a souligné que l’objectif de cette réunion était de cerner les lacunes enregistrées en termes de distribution des équipements médicaux et d’actes de consultation et de dépistage, et d’en situer les responsabilités pour prendre les mesures urgentes afin de pallier à ces dysfonctionnements et rassurer ainsi le citoyen. A ce propos, le Président de la République a appelé à adopter une stratégie permettant la prise en charge des malades au niveau de leurs wilayas pour désengorger les établissements hospitaliers à grande affluence. En conclusion, le Président de la République a mis l’accent sur l’impératif de se référer aux sources officielles et de ne pas céder à l’alarmisme et aux rumeurs tendancieuses visant à alimenter la panique au sein de la population. Après débat des exposés présentés par les cinq walis de la République, il a été décidé les mesures suivantes afin de garder la situation sous contrôle :

– Institution d’une assurance spéciale, à la charge de l’Etat, en faveur de tous les médecins et autres personnels de la Santé publique, directement concernés par la lutte contre la pandémie,

– Autorisation de l’ensemble des laboratoires, publics et privés, à effectuer les analyses de dépistage du Covid-19 en vue de réduire la pression sur l’Institut Pasteur et ses annexes dans toutes les wilayas.

– Implication des comités de quartiers et des associations de la société civile dans les initiatives des walis pour l’encadrement des citoyens. – Octroi aux walis des prérogatives de réquisition des moyens disponibles pour une exploitation optimale.

– Consolidation des stocks permanents de moyens de dépistage et d’oxygène médical avec un suivi quotidien au niveau de chaque wilaya.

– Interdiction pour une semaine, à compter de ce vendredi, de la circulation routière, y compris des véhicules particuliers, de et vers les 29 wilayas suivantes : Boumerdes, Souk Ahras, Tissemsilt, Djelfa, Mascara, Oum El Bouaghi, Batna, Bouira, Relizane, Biskra, Khenchela, M’sila, Chlef, Sidi Bel Abbes, Médéa, Blida, Bordj Bou Arreridj, Tipaza, Ouargla, Bechar, Alger, Constantine, Oran, Sétif, Annaba, Bejaia, Adrar, Laghouat et El Oued.

– Interdiction, à compter de ce vendredi, du transport urbain public et privé durant les week-ends au niveau des 29 wilayas impactées. – Désinfection des rues et marchés plusieurs fois par jour,

– Réquisition des médecins des entreprises et sociétés en arrêt d’activité en contrepartie d’incitations financières, le cas échéant.