L’Autorité palestinienne doit recevoir mi-février 50.000 vaccins contre le coronavirus et lancer dans la foulée sa campagne de vaccination en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, a indiqué lundi le Premier ministre Mohammed Shtayyeh. Le gouvernement palestinien avait indiqué ces dernières semaines avoir signé plusieurs contrats avec des laboratoires étrangers. Il avait également dit espérer une première livraison début février grâce au dispositif «Covax» d’aide aux pays les plus pauvres mis en place par l’Organisation mondiale de la santé et l’Alliance pour les vaccins (Gavi). L’Autorité palestinienne recevra un «premier lot de 50.000 vaccins, provenant de plusieurs sources dont la plus importante est Covax et, par conséquent, la vaccination commencera au milieu de ce mois», a affirmé M. Shtayyeh avant la réunion hebdomadaire de son gouvernement à Ramallah, en Cisjordanie occupée. Le Premier ministre a précisé qu’une partie des vaccins serait allouée aux Palestiniens de la bande de Gaza, enclave de deux millions d’habitants séparée de la Cisjordanie par le territoire israélien. Il a également annoncé l’extension, pour deux semaines, du couvre-feu en vigueur la nuit et les week-ends en Cisjordanie, territoire où vivent 2,8 millions de Palestiniens. Israël a indiqué dimanche qu’il fournirait 5.000 doses à l’Autorité palestinienne, puisées dans les stocks nationaux, après avoir été exhorté par des responsables onusiens et des ONG à aider les Palestiniens à se faire immuniser. Lundi, 2.000 premières doses ont été transférées à l’Autorité palestinienne, a indiqué un responsable du ministère palestinien de la Santé, sous couvert de l’anonymat. Il n’a pas précisé à qui ces vaccins seraient administrés en premier ni à partir de quand. Un haut responsable palestinien avait estimé dimanche auprès de l’AFP que les 5.000 doses étaient tout au plus un «geste symbolique». L’Etat hébreu –qui occupe la Cisjordanie depuis 1967 et impose un blocus sur Gaza depuis plus de 10 ans– a vacciné plus de trois millions d’Israéliens, soit le tiers de sa population, depuis le lancement de sa campagne de vaccination fin décembre. Le ministère palestinien de la Santé a officiellement recensé 107.816 personnes contaminées par le virus dont 1.314 décès, en Cisjordanie occupée. A Gaza, le mouvement islamiste Hamas au pouvoir a recensé 51.527 malades du Covid-19, dont environ 520 décès.