Messi restera détenteur du Ballon d’Or pour une année de plus. Le chamboulement dans le calendrier footballistique et le contexte inédit dans lequel se sont poursuivies les compétitions en raison du Coronavirus ont contraint France Football, le magazine qui décerne la distinction, à se passer de l’attribution pour l’année 2020.

A contexte spécifique, une décision spéciale. «Parce qu’une année aussi singulière ne peut – ni ne doit – être traitée comme une année ordinaire. Dans le doute, mieux vaut s’abstenir que s’entêter», a expliqué FF qui se demande «Comment comparer l’incomparable ?» en évoquant un fort probable «manque d’équité» étant donné que «Tous les aspirants à la récompense ne pourraient pas être logés à la même enseigne, certains ayant vu leur saison amputée radicalement, d’autres non.» En d’autres termes, France Football n’a voulu léser personne ni «abîmer» son concours. Une désignation avec des éléments aussi inconstants sur les bases d’un exercice significativement perturbé par la Covid-19 aurait fait perdre la crédibilité de ce trophée. Et ce, même si les campagnes ont déjà commencé pour certains joueurs. A l’instar de Karim Benzema qui a eu le soutien de Zinedine Zidane, son entraîneur au Real Madrid, mais aussi du président Merengue Florentino Pérez. Toutefois, «Benzegol» ne sera pas le successeur de Zizou, dernier frenchy à avoir été primé, au palmarès.

Messi et De Bruyne auraient pu
Par ailleurs, le détenteur du titre, Lionel Messi, était logiquement en lice pour soulever le Graal pour la 7e fois dans sa carrière. L’Argentin a été, une nouvelle fois, flamboyant même si le FC Barcelone a perdu la couronne en Liga en faveur du rival Madrilène. La «Pulga» a marqué 25 buts et délivré 21 passes décisives. Il a fini Pichichi pour la 7e fois en carrière et battu le record des offrandes que détenait Xavi (20 passes) son ancien coéquipier au Barça.
Aussi, il y avait un autre joueur qui sortait du lot, à savoir Kevin De Bruyne. Le Belge est le métronome du Manchester City de Pep Guardiola. Avec 13 buts et 20 «assists» en 42 matchs toutes compétitions réunies, le milieu de terrain de 29 ans avait des chances conséquentes pour prétendre à être distingué. Mais ça ne sera pas pour cette année.

Dommages collatéraux
La situation sanitaire qui prévaut dans le monde aura donc fait une nouvelle victime dans le football circus. Après avoir contraint les instances à décaler des compétitions continentales (EURO-2020, Copa America 2020 et CAN-2021) d’une année, voilà un autre signal qui montre que la propagation du Coronavirus a une portée qui dépasse le simple aspect sanitaire. C’est tous les domaines qui en subissent les conséquences. Et on ne peut pas négliger celui économique qui a, lui aussi, la décision de faire l’impasse sur le BO-2020. Il faut dire que beaucoup de sponsors auraient hésité à mettre la main à la poche pour financer le gala. Mais le communiqué de France Football masque le jeu en indiquant qu’«en ces temps agités, s’offrir une parenthèse est un luxe en même temps qu’une inestimable nécessité. Pour que le football, dans son ensemble, retrouve de l’allant et de l’élan, de la passion et de l’émotion.» La com’ , c’est important. <