La Chine, confrontée ces dernières semaines à un rebond épidémique lié à la souche Delta, n’a fait état lundi d’aucun nouveau cas de Covid-19 d’origine locale sur son sol, ce qui constitue une première depuis un mois et laisse à penser que la propagation est contenue.

Le pays asiatique, qui avait largement maîtrisé l’épidémie de Covid depuis le printemps 2020, fait face depuis juillet à un regain de contaminations sur son sol, en dépit de mesures sanitaires parmi les plus strictes au monde. Le foyer, initialement détecté à l’aéroport de Nankin (est), a gagné près de la moitié des provinces du pays, fait plus d’un millier de malades et entraîné le confinement de plusieurs millions d’habitants. Il s’agit en Chine du plus important rebond épidémique en termes d’étendue géographique, depuis l’apparition des premiers cas de Covid dans le pays fin 2019. La capitale Pékin et la ville de Wuhan (centre), qui avait été au début de l’épidémie la première au monde à imposer une stricte quarantaine à ses 11 millions d’habitants, ont notamment été touchées. Lundi, la Chine n’a rapporté aucune nouvelle contamination d’origine locale sur son sol, soit une première depuis le 16 juillet. Le pays a toutefois enregistré 21 nouveaux cas dits «importés», c’est-à-dire des personnes de retour de l’étranger et contaminées. La Chine suit une politique de tolérance zéro vis-à-vis du virus et s’empresse d’endiguer les nouveaux foyers, à un moment où le variant Delta, plus contagieux, sévit notamment en Birmanie voisine. Le pays a recours à des confinements, des dépistages généralisés et des applications mobiles de suivi des déplacements. La Chine impose par ailleurs des quarantaines obligatoires à l’arrivée sur le territoire et garde fermées ses frontières à l’immense majorité des ressortissants étrangers. En termes de vaccination, le pays le plus peuplé du monde a déjà administré 1,94 milliard de doses (uniquement «made in China»), selon les derniers chiffres officiels publiés samedi. Le nombre d’habitants entièrement vaccinés n’est en revanche pas connu.
La justice espagnole refuse de rétablir le couvre-feu à Barcelone
Par ailleurs, la justice espagnole a rejeté lundi la demande du gouvernement régional catalan de rétablir un couvre-feu à Barcelone et dans plusieurs dizaines d’autres villes de Catalogne (nord-est de l’Espagne), jugeant la mesure «encore plus inutile et disproportionnée» face à l’amélioration de la situation épidémiologique. Cette décision du Tribunal supérieur de Justice de Catalogne (TSJC) confirme celle qu’il avait prise jeudi, lorsqu’il avait autorisé le maintien du couvre-feu entre 01h00 et 06h00 dans seulement 19 des 148 municipalités figurant sur la liste soumise par l’exécutif catalan. Après ce premier refus, qui avait conduit à la levée du couvre-feu en vigueur depuis la mi-juillet à Barcelone et dans une grande partie de cette région touristique de 7,8 millions d’habitants, les autorités avaient formulé une nouvelle demande pour que la mesure soit remise en vigueur dans les municipalités les plus peuplées, à commencer par Barcelone et sa zone métropolitaine et les centres touristiques comme Lloret de Mar, Salou et Cambrils. Le couvre-feu aurait alors été rétabli dans un total de 62 villes. Mais la nouvelle argumentation de l’exécutif catalan a encore moins convaincu la justice. «Selon ses propres prémisses, le couvre-feu serait encore plus inutile et disproportionné» pour ces municipalités, affirme le TSJC, qui reproche au gouvernement catalan de ne pas avoir présenté de données actualisées sur la situation en matière de Covid-19 dans sa demande. Selon les derniers chiffres de l’autorité catalane de santé, l’incidence cumulée sur sept jours à Barcelone est tombée à 98,66 cas pour 100 000 habitants, ce qui est même inférieur au seuil fixé par les autorités pour demander le retour du couvre-feu dans les villes les plus peuplées (125 cas pour 100 000 habitants). Avec un taux d’incidence cumulé de 302 cas pour 100.00 habitants sur les 14 derniers jours — le critère de mesure nationale –, la Catalogne est même désormais en-dessous de la moyenne espagnole (345 selon les chiffres publiés vendredi dernier par le ministère de la Santé). (AFP)