Le bilan quotidien des infections au nouveau coronavirus en Algérie a presque doublé en 24 heures. Le nombre de décès, lui, a plus que doublé. C’est le plus lourd bilan enregistré en une seule journée depuis l’annonce du premier cas dans le pays, le 25 février dernier. Le strict respect des mesures de confinement et de couvre-feu, ainsi que les recommandations des spécialistes de la santé se font de plus en plus pressants face à la courbe dangereusement ascendante qu’emprunte l’évolution de la pandémie ces derniers jours.

En effet, ce sont 132 nouveaux cas confirmés de coronavirus (contre 73 avant-hier) et 9 nouveaux décès (contre 4 avant-hier) qui ont été enregistrés en 24 heures en Algérie, portant le nombre de cas confirmés à 716 et celui des décès à 44, a indiqué hier, le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, le professeur Djamel Fourar, lors du point de presse quotidien consacré à l’évolution de la pandémie.
«Parmi les cas de décès, 4 ont été enregistrés à Blida, tous des hommes âgés respectivement de 32, 56, 72 et 73 ans, tandis que les autres décès ont été recensés dans la wilaya de Sétif (2 cas), ainsi que dans les wilayas de Bordj Bou Arreridj, Tipasa et Oran qui ont enregistré un cas de décès chacune», a précisé le Pr Fourar.
«Les 716 cas confirmés ont été recensés à travers 39 wilayas du pays, dont 12 ont enregistré entre 1 et 3 cas», a-t-il ajouté, tout en indiquant, en outre, que les cas de décès «ont été enregistrés dans 14 wilayas».
Concernant le nombre de personnes guéries, il a augmenté en passant à 46, contre 37 annoncées avant-hier.
Il a en outre fait savoir que l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a effectué, jusque-là, 3228 tests, dont 2512 (78%) se sont avérés négatifs. Le même responsable a tenu, en outre, à réitérer la nécessité pour les citoyens de «respecter les recommandations des spécialistes s’agissant des règles d’hygiène personnelle et environnementale, ainsi que des conditions de confinement sanitaire, afin d’éviter toute contamination au coronavirus».
Sur un autre registre, le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire a indiqué, hier, que le wali de Mascara, Abdelkhalek Sayouda, infecté par le nouveau coronavirus «reçoit actuellement un traitement comme tous les autres citoyens infectés». «Suite aux fausses informations ayant circulé sur les réseaux sociaux sur le prétendu décès du wali de Mascara, Abdelkhaled Sayouda, des suites du Covid-19, le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire dément ces rumeurs et affirme que le concerné reçoit un traitement comme tous les autres citoyens infectés par ce virus, leur souhaitant un prompt rétablissement», selon le même communiqué.

Vers l’augmentation des capacités journalières de dépistage
Le nombre de cas positifs au nouveau coronavirus (Covid-19) ne cesse d’aller crescendo avec une augmentation sensible, notamment ces derniers jours. Une telle situation est, de toute évidence, révélatrice du nombre de cas atteints ou porteurs sains asymptomatiques qui ne sont pas encore détectés et recensés, sachant que le Covid-19 se propage avec rapidité et que la contamination du nombre de personnes est exponentielle. Les capacités de diagnostiquer les nombreux cas suspects ont montré leur limite en quelques jours, puisque les analyses de toutes les régions du pays se faisaient seulement au niveau de la capitale.
C’est dans ce cadre que l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a ouvert des annexes régionales, à l’est, à l’ouest et au sud du pays, en plus de l’appel qu’il a lancé pour la contribution des laboratoires privés activant au niveau de l’ensemble du territoire national. Ce qui a va permettre d’augmenter les capacités journalières de dépistage du Covid-19, sachant qu’au début de la pandémie en Algérie, seule le Laboratoire national de référence relevant de l’Institut Pasteur d’Alger était en mesure d’effectuer les analyses liées au coronavirus.
«Le laboratoire de référence de l’IPA à Alger peut effectuer quelques 400 tests de Covid-19 par jour. Son personnel reçoit et effectue des analyses sept jours sur sept», a affirmé, hier, le directeur général de l’IPA Fouzi Derrar, ajoutant que «l’Institut Pasteur reçoit entre 100 et 200 échantillons à analyser par jour. «Ce sont environ seulement 10% de ces analyses qui se révèlent être positives au nouveau coronavirus», a encore révélé le même responsable, tout en faisant savoir que «les capacités d’analyses de l’IPA vont augmenter avec la mise en services des annexes de l’Institut qui ont été ouvertes à Oran, Constantine et Ouargla». Les capacités vont augmenter également avec «la mise à contribution du laboratoire universitaire de la wilaya de Tizi Ouzou, ainsi que celles des laboratoires privés», a-t-il encore indiqué. Pour sa part, le ministre de la Santé, de la Population et de la réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a annoncé, à la Radio nationale, que les tests de Covid-19 vont être effectués dans quatre autres wilayas, dont Chlef et M’sila.
Il y a lieu de rappeler, dans ce sens, que l’Institut Pasteur d’Algérie a lancé, dimanche dernier, un appel aux laboratoires privés algériens disposant d’équipements et des réactifs nécessaires d’effectuer le à effectuer le diagnostic du coronavirus Covid-19. «L’Institut Pasteur d’Algérie porte à la connaissance de l’ensemble des Laboratoires du territoire national, que tout Laboratoire disposant des produits indiqués sur la liste ci-après, est en mesure d’effectuer le diagnostic du nouveau coronavirus Covid-19», selon le communiqué de l’Institut. La liste à laquelle il a fait référence comprend les réactifs, les équipements, les consommables et les matériels d’hygiène et de sécurité nécessaires à la réalisation du diagnostic.
L’IPA a assuré aux laboratoires privés désireux de s’impliquer dans cette opération d’intérêt et de solidarité nationale que ses équipes sont disposées à les accompagner pour le démarrage de leur activité.