«L’Algérie est entrée en phase 3 de l’épidémie du coronavirus et, par conséquent, on doit se préparer au pire», a averti, hier le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid. Le bilan diffusé en fin de journée confirme, si besoin est, la déclaration du ministre qui parle de «se préparer au pire». En effet, en 24 heures, l’Algérie a enregistré 62 cas confirmés au covid-19, dont 2 décès, portant le nombre total des cas positifs à 201 et celui des décès à 17.

Le nombre de personnes guéries qui ont quitté l’hôpital s’est élevé à 23 et celui des personnes suspectées d’être atteintes est de 340, toutes mises en isolement dans des hôpitaux en attendant les résultats de leurs analyses.
Les deux décès sont l’un de la wilaya de Béjaïa et l’autre de Khenchela, deux émigrés rentrés récemment de France, âgés de 82 et 85 ans, selon Djamel Fourar, porte-parole de la commission de suivi de l’évolution de l’épidémie, qui a précisé que la wilaya de Blida compte, à elle seule, 110 cas confirmés, soit 55% des cas, et 8 décès. Il a fait savoir que la moyenne d’âge des personnes décédées, toutes atteintes de maladies chroniques, est de 67 ans.
«Actuellement, le nombre a augmenté, ce qui nous incite à prendre plus de précautions et de mesures pour limiter la propagation de l’épidémie», a déclaré le Pr Benbouzid à la Radio nationale. «Le nombre est susceptible d’augmenter», a-t-il ajouté, tout en précisant que la décision du confinement général relève des prérogatives exclusives du Président de la République.
Pour le moment, les appels sont tous à l’adresse des citoyens qui sont exhortés à une prise de conscience pour contenir la propagation du coronavirus à travers le respect des mesures préventives et en restant chez eux. Pour éviter la contamination, «il est impératif de rester à la maison et de ne sortir qu’en cas d’extrême urgence pour un seul membre de la famille», a déclaré M. Fourar, rejoignant ainsi l’appel du Pr Benbouzid. «Le meilleur moyen de limiter la propagation du virus dans notre pays est d’interdire les rassemblements et de faire preuve de responsabilité individuelle», a-t-il souligné, arguant que «chacun doit se considérer et considérer l’autre comme étant des sujets contaminés». Il a, dans ce sens, réitéré son appel aux citoyens «à une meilleure prise de conscience pour empêcher la propagation de la pandémie à laquelle aucun remède n’a encore été trouvé».
La véracité de ces déclarations se vérifie par le fait que de nouvelles wilayas qui étaient jusque-là épargnées par le nouveau coronavirus ont été touchées à leur tour. Les premiers cas ont été enregistré hier à Constantine, Ouargla et Jijel (1 chacune). A Constantine, il s’agit d’une femme de 58 ans, de retour de France récemment, où elle s’y était rendue pour soins et à Ouargla, il s’agit d’une octogénaire qui est revenue, il y a deux semaines, de la Omra. Il y a également le cas de Biskra, où un jeune homme qui s’était évadé vendredi de l’hôpital où il était en confinement en attendant les résultats de ses analyses qui se sont révélés positifs, s’est finalement rendu hier.
Donc le seul moyen de vaincre le covid-19 c’est d’éviter au maximum sa propagation et en prenant les mesures qui s’imposent. Ce qui a fait dire au Pr Benbouzid, dans ce sens, c’est que «l’Algérie, à la différence de l’Italie, a anticipé en prenant les dispositions nécessaires dès le début». Il a également assuré «qu’il n’y a pas de pénurie de produits pharmaceutiques au niveau des hôpitaux», ceci alors que des alertes sont lancées par des médecins, notamment à Blida, faisant état de manque de moyens de prévention. Dans ce cadre, il a fait savoir avoir rencontré l’homme d’affaires Issad Rebrab qui s’est dit prêt à faire don de respirateurs pour les hôpitaux prochainement.
Pour étayer ses propos sur la conjugaison des efforts de tous, M. Benbouzid a donné l’exemple de la Chine. «Ce pays a réussi en l’espace de deux mois à endiguer la pandémie, grâce au respect du peuple des mesures prises par les autorités par le peuple», a-t-il tenu à noter, réitérant son appel aux citoyens à se conformer aux mesures préventives, notamment en restant chez-eux et à ne sortir que dans les cas d’extrême urgence. «Les mesures prises jusqu’à présent dans notre pays sont suffisantes, mais il est possible de prendre de nouvelles mesures en cas d’évolution de la pandémie du covid-19», a-t-il ajouté. Revenant à la possibilité de décréter l’état d’urgence, le ministre a souligné que cette question relevait des prérogatives du Président de la République. Il a déclaré, par ailleurs, qu’il ne «souhaite pas voir les éléments de l’Armée nationale populaire (ANP) sortir dehors pour obliger les gens à rentrer chez eux, comme cela s’est passé dans d’autres pays», comme l’Iran, l’Italie, La France ou encore la Grande-Bretagne. M. Benbouzid a également tenu à rappeler que l’Institut Pasteur d’Algérie «demeure l’unique structure habilitée à effectuer des analyses sur le coronavirus», précisant que ces mêmes analyses «seront bientôt effectuées à Constantine et à Oran».
Sur un autre registre, il a indiqué que le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus rend public quotidiennement, vers 17h, un communiqué dans lequel il fait le point de la situation, ajoutant que ce comité rend compte de l’évolution de la situation toutes les deux heures au Président de la République. Il a, en outre, fait savoir que dans le but d’éviter toute confusion dans la diffusion des informations, il a été interdit aux directeurs de la santé au niveau des wilayas de faire des déclaration sur le coronavirus en Algérie.