Le prix de l’aluminium a atteint mardi unsommet depuis 2008 et s’approchait de son record en raison d’un confinementdans la ville de Baise, en Chine, affectant l’approvisionnement, après des moisd’envolée à cause d’une production contrainte.Le cours de l’aluminium est monté mardi jusqu’à 3.236 dollars la tonne etse rapproche ainsi de son record historique battu en juillet 2008, à 3.380,15dollars la tonne.«La hausse des prix est avant tout due à des inquiétudes surl’approvisionnement», a déclaré à l’AFP Daniel Briesemann, analyste pourCommerzbank.La ville de Baise, comptant 3,5 millions d’habitants et située dans leGuangxi dans le sud de la Chine, a été placée en quarantaine après l’apparitionde cas de Covid-19.Depuis dimanche soir, les habitants ne peuvent plus quitter la localité etceux qui résident dans les zones dites à risque (où des cas ont été découverts)ont interdiction de quitter leur domicile, a annoncé la mairie.«Il est à craindre que le confinement de la ville n’entrave le transport del’aluminium, restreignant ainsi davantage l’offre» dans un marché où l’offreest déjà limitée, a ajouté M. Briesemann.Le Guangxi est la troisième région chinoise en termes de productiond’aluminium, expliquent les courtiers de Marex, et 80% de la capacité régionalede production est concentrée à Baise.Selon Commerzbank, Baise avait une capacité de production d’aluminium de1,7 million de tonnes par an.«La Chine souhaite réduire la pollution pour améliorer la qualité de l’air,notamment pendant les Jeux olympiques de Pékin», ajoute également FawadRazaqzada, analyste chez ThinkMarkets.Pour y parvenir, il s’agit alors de réduire la consommation d’énergiesfossiles. Or, les fonderies utilisent d’énormes quantités d’électricitéproduite par des centrales au charbon.«Les politiques de protection de l’environnement dans les régions deShanxi, Shandong et Henan sont également toujours en place en raison des Jeuxolympiques d’hiver», confirment les courtiers de Marex.Ces restrictions interviennent alors que la production en Europe a déjà étédiminuée de plusieurs centaines de milliers de tonnes en raison des coûtsénergétiques élevés actuellement, a souligné M. Briesemann, l’aluminium étantl’un des métaux qui nécessite le plus d’énergie pour être produit.Face à des tensions géopolitiques d’un niveau rarement atteint depuis lafin de la Guerre froide à la suite du déploiement de dizaines de milliers desoldats russes à la frontière ukrainienne, les prix du gaz en Europe ontflambé, contraignant certains groupes d’aluminium à réduire leurs niveaux deproduction.«Les tensions géopolitiques entre la Russie et l’Ukraine n’ont passeulement dopé les prix du pétrole et du gaz, mais aussi ceux des métaux», faitainsi remarquer Fiona Cincotta, analyste de City Index.La Russie figure parmi les plus grands producteurs d’aluminium, aux côtésde la Chine.«La menace de sanctions venant de l’Occident font également grimper lesprix», explique à l’AFP Mme Cincotta.La hausse des prix a par ailleurs été alimentée par un pronostic émis parla banque Goldman Sachs, qui prévoit la tonne d’aluminium à 4.000 dollars.«Outre l’offre restreinte, la demande devrait rester robuste. Le marchémondial de l’aluminium devrait donc enregistrer un autre énorme déficit cetteannée», a assuré Daniel Briesemann.La demande d’aluminium, comme celle des autres métaux industriels et, pluslargement, des matières premières, est particulièrement élevée, avec la repriseaprès le choc économique provoqué par la pandémie de Covid-19 en 2020.L’aluminium est très utilisé dans les secteurs de la construction, lafabrication de voitures, notamment hybrides, l’aviation ou encore la hautetechnologie.Sur le marché des métaux de Londres (LME), la tonne d’aluminium pourlivraison dans trois mois s’échangeait à 3.202,50 dollars vers 15H45 GMT. (Source AFP)