Ce week-end est le dernier avant la rentrée sociale. Nul doute que les Algériens voudront en profiter au maximum avant de reprendre le train-train quotidien qui restera, toutefois, dominé par la pandémie de coronavirus qui s’est confortablement installée et les mesures de prévention qu’elle impose à tout un chacun.

Durant ce week-end, il est attendu que les déplacements familiaux ou entre amis dans les grands centres commerciaux mais surtout à la plage, dont les citoyens en ont été privés jusqu’à la mi-août, se feront en masse. Le grand bol d’air avant la reprise ne doit, cependant, pas faire oublier les gestes barrières devenus quotidiens et presque naturels que sont le port du masque et le maintien de la distanciation physique. C’est pourquoi les appels et rappels à la plus grande vigilance de la population, notamment des jeunes, ne sont jamais de trop, de l’avis des professionnels de la santé qui, au risque de se répéter, n’ont jamais cessé et ont toujours persévéré dans leur démarche de sensibilisation quant aux risques encourus par le moindre relâchement, notamment dans les lieux publics.
Ce week-end coïncide aussi avec la fête de l’Achoura qui, en général, est une occasion favorable aux grands rassemblements familiaux autour du traditionnel dîner convivial. Mais comme pour les fêtes passées, la plus grande recommandation est d’éviter ces grandes rencontres familiales pour prévenir une éventuelle contamination groupée dans le cas où l’un des membres serait porteur asymptomatique de Covid-19.
Aussi, l’exhortation à la plus grande des vigilances aussi bien dans l’ensemble des lieux ouverts – plages, parcs de loisirs, mosquées, cafés, restaurants et autres lieux de détente -, que pour ce qui est des rassemblements familiaux est émise afin de maintenir la baisse de la courbe épidémiologique constatée pendant plusieurs jours consécutifs. D’ailleurs, les professionnels de la santé restent prudents et préfèrent ne pas parler de «tendance baissière» pour l’heure, étant donné que le pays a déjà connu des périodes similaires de baisse qui ont été suivies d’une flambée de cas confirmés, balayant tout ce qui avait été réalisé et acquis en termes de maîtrise de la situation épidémique, où les services Covid étaient saturés et les médecins débordés, sans oublier que nombre d’entre eux y ont laissé leur vie.
Le porte-parole du Comité scientifique de suivi de la pandémie de coronavirus, Dr Djamel Fourar, qui présente tous les jours le bilan quotidien de la Covid-19 en Algérie, évite, lui aussi, de parler de tendance baissière et mais plutôt de «relative stabilité», car «le virus est toujours parmi nous».
Ce week-end est aussi le dernier avant l’entame de la prochaine phase de déconfinement progressif (la quatrième) qui interviendra à partir du premier septembre prochain, date du début de la rentrée sociale, synonyme d’une plus grande mobilité des personnes. La prochaine étape de déconfinement devrait, sans aucun doute, permettre encore plus d’ouverture de lieux publics et de reprise de certaines activités jusque-là à l’arrêt, dont les transports inter-wilayas pour ne citer que ceux-là, vu leur importance, car il ne faut pas oublier qu’il y a des gens qui travaillent hors de leur wilaya de résidence. Il y a aussi des étudiants qui fréquentent des universités hors de leur wilaya d’origine et qu’ils sont obligés de regagner dès la reprise.
Si l’on tient compte des avis de nombre de professionnels de la santé, «les prochaines ouvertures de lieux restés fermés ainsi que la reprise des activités jusqu’ici non autorisées à rouvrir se feront en fonction de la courbe épidémique».
«Le gouvernement qui devra annoncer, au plus tard lundi prochain, les décisions concernant la prochaine phase de déconfinement devra se baser sur l’évolution de la courbe épidémique. Si cette dernière montre qu’il y a une évolution positive, c’est sûr que cela aura un impact sur les décisions», selon un épidémiologiste. Il ajoute qu’«il est indispensable que les citoyens prennent le maximum de précautions durant ce week-end, surtout au niveau des plages où il y a un véritable rush, afin qu’ils puissent, la semaine prochaine, reprendre le cours de leur vie qu’on pourra qualifier de presque normal. Ils doivent respecter le port du masque ainsi que la distanciation physique, sinon on assistera, dans les prochains jours, à une recrudescence des cas et ses conséquences que personne ne souhaite». <