Par : Reporters
La Cour suprême a accepté, hier, le pourvoi en cassation introduit par la défense de l’ancien général et candidat à la présidentielle de juillet 2019, Ali Ghediri. L’information, rapportée par la presse, citant son avocate Maître Nabila Slimi, fait également savoir que le Tribunal de Dar El Beïda sera bientôt saisi par la Cour d’Alger. L’objectif étant «de fixer» le transfert devant la chambre d’accusation du procès du général à la retraite.
En ce sens, il est également indiqué que les chefs d’accusation ont été requalifiés en retenant la charge de «d’atteinte au moral de l’armée» qui devra, cependant, être jugée en correctionnel. Décision qui intervient suite à l’examen hier par la Cour suprême du pourvoi en cassation introduit par la défense d’Ali Ghediri contre l’arrêt de renvoi de la chambre d’accusation de la Cour d’Alger.
Le prévenu est, pour rappel, en détention provisoire depuis le mois de juillet 2019 pour ce même chef d’accusation «d’atteinte au moral de l’armée». L’ancien candidat déclaré, qui avait refusé de comparaître devant la chambre criminelle, avait largement dénoncé les poursuites engagées contre lui. Dans une lettre rendue publique en juillet dernier, Ali Ghediri écrivait en ce sens qu’il était, selon lui, en «confinement politique». La raison aurait été sa décision de se porter candidat, mais aussi le contenu de son programme politique : «Tout ce que j’ai subi durant mon confinement politique à la prison d’El Harrach a une seule source et une seule cause, à savoir ma candidature à l’élection présidentielle du 18 avril 2019, criminalisée volontairement sur la base de mon programme électoral». <