Synthèse de Sihem Bounabi
Au lendemain de la célébration de la fête de l’Indépendances et de la Jeunesse, hier, 6 juillet, c’est la délivrance pour les jeunes manifestants arrêtés le 5 octobre 2020 à Alger, avec confirmation du verdict de relaxe dans leur procès en appel.
Le Parquet avait requis la confirmation du verdict, prononcé en première instance à l’encontre des manifestants du 5 octobre 2020 lors du procès en appel ce 22 juin 2021, alors qu’il était initialement programmé pour le 11 mai 2021 après le renvoi du 30 mars 2021 devant la Cour de Ruisseau d’Alger. Pour rappel, les manifestants arrêtés le 5 octobre ont été relâchés après présentation devant le procureur du Tribunal de Sidi M’hamed le 7 octobre dernier avec renvoi du procès au 10 novembre 2020 (citation directe) puis renvoyé à l’audience du 1 décembre et 22 décembre 2020. Le verdict a été rendu public le 5 janvier 2021 dans le procès des manifestants du 5 octobre avec relaxe pour certains et une amende de 50 000 DA pour d’autres.
Lors du procès en appel, le 22 juin dernier, le Parquet avait requis la confirmation du verdict prononcé en première instance après deux reports. Pour rappel, 42 manifestants ont été présentés devant le procureur de la République près le même tribunal. Le procureur a inculpé 41 manifestants pour «attroupement non armé» et «incitation à troubles de l’ordre public» et les a placés dans le même dossier. Le manifestant restant, à savoir, Belmokhtar Mohamed El Amine, accusé d’«atteinte à la personne du Président de la République», a été placé dans un autre dossier.
Par ailleurs, le verdict est également tombé, hier, dans le procès en appel de Mokhtar Serhane qui a eu lieu le jour même à la cour de Ruisseau d’Alger, avec une condamnation à 2 mois de prison ferme et donc réduction de la peine initiale. Mokhtar Serhane quittera la prison le 16 juillet. n