La cour criminelle d’Oum El Bouaghi a statué à une heure tardive de la nuit du mercredi sur l’affaire du crime commis en 2015 sur les hauteurs du mont Sidi Rghiss. L’audience a duré plus d’une dizaine d’heures et s’est déroulée sous haute surveillance des services de police renforcés par des éléments du groupement d’intervention de la gendarmerie.

Elle s’est achevée par la condamnation des deux principaux accusés, un jeune homme de 24 ans et son cousin âgé de 45 ans, à la peine capitale pour le chef d’accusation d’homicide volontaire avec préméditation et le versement d’une amende au père et frères de la victime pour préjudice moral et matériel. L’affaire, qui a défrayé la chronique locale, remonte à novembre 2015, lorsque le principal accusé, de retour du mont de Sidi Rghiss après avoir trinqué quelques bouteilles de boissons alcoolisées, à bord de son véhicule, fut, selon ses dires, surpris par la tentative d’un conducteur de véhicule de type R 25 de le tamponner, le contraignant à sortir de la chaussée. Ce dernier, en colère et sous l’effet de l’alcool, se dirigea vers le domicile de son neveu, situé à la nouvelle ville, pour lui demander d’intervenir avec lui à l’encontre du conducteur de la R25. Il le trouva avec leur cousin. Les trois hommes, auxquels s’est rallié un quatrième cousin (acquitté), se sont dirigés alors vers le mont de Sidi Rghiss où l’accusé principal stationna son véhicule à proximité de la R25 et se dirigea directement vers le conducteur. Il s’en prend à la vitre à l’aide d’une bouteille et en ouvrant la portière, il se retrouva devant une autre personne qui a tenté de se défendre avec un couteau, il le lui enleva et le planta dans sa cuisse. Après la fuite des deux autres individus qui se trouvaient dans la R 25, la victime, qui était assise derrière le siège du conducteur de la R25, fera l’objet de plusieurs coups de sabre et de couteau à la tête et dans diverses parties du corps, qui lui ont causé une grave hémorragie suite à laquelle elle décéda quelques temps après son arrivée aux urgences de l’hôpital Mohamed-Boudiaf du chef-lieu de wilaya. K. M