L’attente fut longue et vaine… Et pour cause, le procès tant attendu des 13 jeunes accusés d’avoir, entre autres dans l’acte d’accusation, profané un cimetière mozabite en juillet 2014, à Baba Saâd, quartier tampon entre les deux communautés, a été reporté sine die.

Aucune date n’a été annoncée pour sa tenue, mais selon les avocats que nous avons approchés pour avoir de plus amples enseignements, «il n’aura certainement pas lieu avant la prochaine session criminelle». Dans la salle d’audience du rez-de-chaussée de l’imposante Cour de justice de Ghardaïa, où devait se tenir le procès, les familles des prévenus sont sorties en silence, chacune se rapprochant de son avocat pour se résigner et avoir des nouvelles de sa progéniture. Il faut souligner que les treize prévenus dans cette affaire sont poursuivis pour plusieurs délits, à savoir association de malfaiteurs, vol et incendie de maison habitée, destruction de biens d’autrui, profanation de cimetière, destruction de tombes et attroupement armé. Pour rappel, ces faits ont eu lieu lors des très graves évènements qui ont endeuillé la région en juillet 2014. Plus précisément, la profanation du cimetière de Baba Saâd a eu lieu le 11 juillet 2014 alors que précédemment un autre acte de même nature a eu lieu le 5 février 2014 au cimetière de Baba Ould Djema, à Ghardaïa, lors duquel des tombes et un mausolée ont été profanés