La première journée de l’étape d’Alger de la Coupe du monde de sabre féminin (juniors), consacrée aux compétitions individuelles et organisée hier à la salle Harcha- Hacéne (Alger), a vu la distinction de la France avec deux médailles (1 en or et 1 en bronze), alors que deux des 10 sabreuses algériennes ont réussi à atteindre le tableau des 32. Il s’agit de Chaïma Benaouda et Naïla Benchekor.

Ainsi et dans le tableau des 64, Benchekor a difficilement battu l’Egyptienne Lina Walid (15-14). De son côté sa compatriote, Benaouda s’est imposée face à la Belge Floriane Aelvoet (15-10). Mais dans le tableau des 32, Benchekor a été éliminée par la Japonaise Jumi Wakita (15-9) alors que Benaouda a été éliminée par la Française Pauline Conscience (15-5) qui a d’ailleurs terminé la compétition avec une médaille de bronze. Quant aux huit autres sabreuses algériennes dans ces épreuves individuelles, Djouher Afnène, Houda Izem, Nour El Houda Salhi, Zahra Khali, Kaouther Mohamed Belkbir, Marwa Abdeldaîm, Amira Kedour et Hayet Bouadjadj, elles ont été éliminées au tableau des 64.

Noutcha (France) princesse du sabre
En finale, la française Sarah Noutcha s’est imposée devant la Belge Jolien Corteyn sur le score 15 touches à 12 pour remporter cette étape d’Alger de la Coupe du monde de sabre féminin (juniors). La troisième place du podium est revenue à la Française Pauline Conscience et l’Italienne Benedetta Taricco.
La gagnante de l’étape d’Alger, Noutcha, a déclaré toute heureuse que « la compétition a été d’un bon niveau, nous avons déjà mené plusieurs rencontres, ce qui est bénéfique pour nous, en prévision des prochaines compétitions. Il me reste à présent le championnat mondial .»
L’étape d’Alger, qui se poursuivait hier au moment où on mettait sous presse, pour les épreuves par équipes, enregistre la participation de 56 sabreuses, représentant 10 pays. Il s’agit de l’Algérie (10 athlètes), la France (12), le Japon (9), l’Egypte (6), la Belgique (4), l’Italie (4), le Chili (4), la Turquie (3), la RD Congo (3) et la Grande-Bretagne (1). L’Algérie est présente aux épreuves par équipe, avec 4 athlètes : Chaima Ben Addouda, Kaouthar Belkbir, Ben Chakour Naila et Zahra Kahli ou Salhi Nour el-Houda. L’étape de Coupe du monde de sabre féminin a précédé les championnats d’Afrique d’escrime (sabre, épée, fleuret) des jeunes catégories (cadets, juniors et seniors) qui débutent ce lundi.

Place au championnat d’Afrique
Aujourd’hui débute le championnat d’Afrique des jeunes catégories toujours à la salle Harcha-Hacène d’Alger qui se poursuivra jusqu’au 23 du mois en cours. Outre l’Algérie, le tournoi d’Alger verra la participation de quelque 300 escrimeurs représentant 11 pays : la Tunisie, le Maroc, l’Egypte, le Nigeria, le Ghana, le Cameroun, l’Afrique du Sud, la RD Congo, la Libye, le Mali et le Sénégal. Pour ce rendez-vous continental, l’Algérie a engagé 54 athlètes dont 27 filles, qui sont encadrés par un staff technique composé de six entraîneurs, à savoir Chahira Soudani et Anis Hamami (fleuret), Ahmed Ben Yahia et Zoheïr Terkhani (épée), ainsi que le Sénégalais Mamadou Keita et la Sud-Coréenne Shin Me Lee (sabre). «Notre objectif est de remporter le maximum de médailles dans toutes les catégories et les trois armes pour confirmer les excellents résultats obtenus lors des Championnats méditerranéens», a déclaré le président de la Fédération algérienne d’escrime (FAE), Abderaouf Bernaoui. «Nous comptons sur quelques noms, à l’image de Zahra Khali et Akram Bounabi au sabre, des sœurs Zeboudj, Yousra (épée) et Sonia (fleuret), auxquels s’ajoute Meriem Mebarki (fleuret) pour décrocher des titres ou, au moins, figurer sur le podium de leur spécialité», a conclu le patron de la FAE.