Chroniqueur pour Eurosport Allemagne lors de ce Mondial, Holger Badstuber a relevé comme beaucoup un vrai changement d’attitude chez Lionel Messi. La star argentine semble transcendée par l’enjeu et prête à amener l’Argentine au bout. Ce quart de finale au couteau face aux Pays-Bas n’a fait que renforcer sa conviction avant la demi-finale face à la Croatie. Il se souvient comme si c’était hier de sa première rencontre avec Lionel Messi. Consultant pour Eurosport Allemagne pendant cette Coupe du monde, Holger Badstuber a croisé la route du génial argentin en match amical. Privilège du poste, il était même au marquage de la star ce soir-là. « Je me suis tout de suite dit qu’il y avait quelque chose de magique dans ce qu’il faisait », sourit-il à l’évocation de ce souvenir. Mais, dix ans plus tard, il ne reconnaît presque pas Messi : « J’ai analysé de près les quarts de finale et j’ai donc remarqué certaines choses le concernant. Ses émotions extatiques et ses fortes réactions après avoir gagné la séance de tirs au but en disaient long. On sent qu’il a fait un travail sur lui, il veut ce trophée de la Coupe du monde et il met absolument tout ce qu’il a sur ce dernier essai ».

LA CONSTRUCTION AUTOUR DE MESSI EST PARFAITE
Métamorphosé en sélection depuis le gain de la Copa America 2021, Messi n’est plus tout à fait le gentil Leo, le génie Messi. Sur ce Mondial, il ressemble au général en chef d’une équipe de lieutenants totalement subordonnés à son génie. Et, pour Badstuber, cela change tout. « Pour moi, les chances qu’il réussisse cette année sont plus grandes qu’elles ne l’ont été depuis longtemps, explique-t-il. Il porte la nation, la nation le porte. Messi est prêt pour le titre ».
Un constat sans doute déjà dressé par Lionel Scaloni qui, selon l’ancien international allemand, a enfin compris comment animer cette Albiceleste autour de son patron. « Pour l’Argentine, le plus important était de trouver son identité, continue notre consultant. La construction autour de Messi est parfaite. Tout le monde travaille pour lui afin de lui donner de l’espace pour des moments brillants, des moments décisifs. Cela n’a pas toujours été le cas et cela peut maintenant devenir le facteur décisif sur le chemin de la finale ». « Messi lui-même s’est adapté et a changé son jeu au fur et à mesure qu’il vieillissait, continue Badstuber. Il sait que l’équipe a également besoin de lui sur le plan défensif, en tant que premier maillon du réseau défensif. Et il fait ce qu’il faut : Son effort dans le replacement face aux Pays-Bas était clairement plus important qu’avant ».

LA FASCINANTE PASSE DÉCISIVE EN DEMIE
Le reste, c’est une pleine expression de sa créativité. « Avec le ballon à ses pieds, il est presque invincible de toute façon, sourit l’ancien international. J’ai moi-même remarqué à l’époque que l’on ne peut pas attraper Messi. Il a le ballon collé au pied donc il faut faire de petits pas rapides. Mais même en faisant ça, on n’arrive pas à attraper le ballon. Messi, par contre, sait exactement quand tu vas faire un plus grand pas. Et quand vous le faites, c’est fini : Il enchaîne avec sa patte gauche et s’en va. C’est fascinant ».
Mais c’est surtout cette passe délicieuse que Badstuber a retenu du match de Messi. Une douceur que personne n’aurait osé ne serait-ce qu’imaginer : « Sa passe de rêve à Molina pour le 1-0… Elle ne pouvait être jouée que comme ça, pas une demi- seconde plus tôt ou plus tard. Messi s’est encore amélioré dans ses dernières années dans ce domaine. Tout est souvent parfait chez lui : l’intuition, le timing, le feeling. Du coin de l’œil, Messi trouve une faille que très peu d’autres voient. C’est un don et cela fait la différence pour ce joueur extraordinaire. Et le pire, c’est que ça a l’air incroyablement naturel ». n